Syrie : début de la deuxième session de pourparlers de paix à Genève

10 février 2014

La deuxième session de pourparlers de paix syriens (Genève II) a démarré lundi matin au Palais des Nations à Genève, sous la houlette du Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des Etats arabes, Lakhdar Brahimi.

M. Brahimi a rencontré la délégation de l'opposition syrienne dirigée par son négociateur en chef, Hedi Albahra, et ensuite la délégation du gouvernement syrien dirigée par son négociateur en chef, Bashar Ja'fari.

« Les discussions se sont focalisées sur l'ordre du jour de la deuxième session de pourparlers, notamment les questions liées à l'arrêt de la violence et du terrorisme et à l'établissement d'un gouvernement de transition en accord avec le Communiqué de Genève du 30 juin 2012 », précise le porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies dans une note à la presse.

Par ailleurs, la Mission conjointe de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et de l'ONU a annoncé lundi qu'un troisième chargement d'agents chimiques a quitté la Syrie lundi. Cette cargaison se trouve à bord d'un navire norvégien accompagné par une escorte de navires de Chine, du Danemark, de Norvège et de Russie. Le Royaume Uni participe à l'escorte maritime dans les eaux internationales. La Finlande de son côté a fourni des experts qui se trouvent à bord du navire danois.

La Mission conjointe s'est félicitée des progrès réalisés jusqu'à maintenant et a encouragé la Syrie à accélérer les opérations pour permettre le retrait des agents chimiques dans les délais prévus.

Le plan de désarmement chimique de la Syrie approuvé par l'ONU prévoit que la totalité de l'arsenal chimique syrien soit détruite au 30 juin 2014.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

A Munich, Ban Ki-moon appelle les Syriens à poursuivre les négociations de paix

Lors de la conférence annuelle sur la sécurité à Munich, en Allemagne, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé samedi les Syriens à ne pas se servir des pourparlers de paix comme tactique pour retarder la fin des combats.