Burundi: la consolidation de la paix reste inachevée, selon l'ONU

28 janvier 2014

Le chef du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB), Parfait Onanga-Anyanga, a estimé mardi devant le Conseil de sécurité que le pays restait confronté à de nombreux défis pour achever la consolidation de la paix.

L'envoyé de l'ONU s'est félicité des consultations nationales sur la future Constitution du Burundi qui ont eu lieu en décembre 2013 et a noté avec satisfaction que le pays avait réussi à organiser deux processus électoraux en 2005 et 2010 et constituer des forces nationales qui forment le socle de la sécurité sur toute l'étendue du territoire national.

La « consolidation de la paix au Burundi, aussi avancée soit-elle, reste inachevée », a estimé M. Onanga-Anyanga.

Il a noté que « l'existence d'un climat de méfiance entre les principaux protagonistes politiques, l'absence d'un processus consensuel de révision de la Constitution, l'intolérance et la violence politique impliquant notamment des jeunes affiliés à certains partis politiques ainsi que les limitations à l'exercice des libertés publiques, figuraient parmi les défis pressants qu'il fallait urgemment relever. »

L'envoyé de l'ONU a estimé que les prochaines élections de 2015, si elles sont bien organisées, « pourraient marquer la fin de la transition du processus de consolidation de la paix au Burundi. »

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le BNUB appelle à la modération et à la retenue dans le débat sur la révision de la Constitution

Le Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB) a appelé mercredi l'ensemble des partis et acteurs politiques burundais à la modération et à la retenue et à éviter toute confrontation dans le débat sur la révision de la Constitution actuellement en cours dans le pays.