Cambodge : l'OIT appelle le gouvernement à mettre fin à la violence

28 janvier 2014

L'Organisation internationale du travail (OIT) a exprimé mardi sa profonde inquiétude concernant les violences au Cambodge, notamment les informations faisant état d'une nouvelle vague de répression contre des travailleurs manifestant dimanche 26 janvier.

« L'OIT appelle toutes les parties à éviter davantage de violence et à prendre toutes les mesures nécessaires pour la libération des dirigeants syndicaux et des travailleurs détenus pour avoir participé à la grève sur le salaire minimum », a dit l'Organisation dans un communiqué de presse.

« L'OIT réitère son appel à l'adresse du gouvernement à lancer une enquête indépendante sans tarder afin de déterminer les circonstances des actions de la police, des morts et des arrestations de travailleurs lors de la grève plus tôt ce mois-ci », ajoute le communiqué.

Selon l'OIT, l'enquête devrait déterminer les responsabilités, punir les responsables et définir les mesures à prendre pour éviter une répétition de tels actes.

L'Organisation internationale du travail s'est dite prête à fournir une assistance à toutes les parties pour résoudre le conflit grâce au dialogue.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Cambodge : un expert de l'ONU demande aux responsables politiques de sortir de l'impasse

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme au Cambodge, Surya P. Subedi, a exhorté vendredi le gouvernement et les partis d'opposition dans ce pays à lancer des négociations pour sortir de l'impasse politique actuelle.