Égypte : l'ONU appelle à la retenue suite à de nouveaux incidents violents

27 janvier 2014

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Navi Pillay, a exprimé lundi sa préoccupation concernant l'escalade de la violence en Égypte au cours des derniers jours et le nombre important de personnes tuées et blessées en appelant à des enquêtes sur ces incidents et en exhortant les parties prenantes à faire preuve de retenue.

« Suite aux attaques terroristes abominables qui ont causé la mort de plusieurs personnes et blessés d'autres, au moins 62 personnes ont été tuées au Caire samedi », a affirmé Mme Pillay dans un communiqué de presse.

« J'appelle toutes les parties prenantes à renoncer à la violence. Les forces de sécurité ont l'obligation de respecter le droit aux manifestations pacifiques, et il est important que les autorités égyptiennes respectent leurs obligations en vertu du droit international et assurent que les Égyptiens puissent exercer leurs droits aux rassemblements, et la liberté d'expression, sans crainte de violence ou d'arrestation. Les manifestants doivent assurer que les protestations restent pacifiques », a-t-elle ajouté.

La Haut-Commissaire a également condamné les attaques violentes contre des membres des forces de sécurité et exprimé sa préoccupation concernant les nombreuses personnes qui ont été arrêtées lors des manifestations. Elle a souligné que ces personnes doivent soit être inculpées d'une infraction dûment reconnue par la loi soit libérées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Egypte : l'ONU condamne des attentats au Caire à la veille de l'anniversaire de la révolution

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a condamné vendredi des attentats qui ont frappé la région du Caire, en Egypte, et qui auraient tué au moins six personnes, à la veille du troisième anniversaire de la révolution de 2011.