RDC : l'Envoyé de l'ONU condamne une attaque sanglante contre un village dans l'est du pays

14 janvier 2014

Le chef de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO), Martin Kobler, a fermement condamné mardi une attaque menée par les Mayi Mayi Cheka contre un village dans l'est du pays, au cours de laquelle quatre soldats congolais ont été tués et trois civils blessés.

L'attaque a visé le village de Pinga, situé à environ 80 kilomètres au Nord-est de Walikale, dans la province du Nord-Kivu, le soir du lundi 13 janvier, a précisé la MONUSCO dans un communiqué de presse.

Les Forces armées congolaises (FARDC) ont répliqué et chassé ce groupe armé du village de Pinga, après 30 minutes d'échanges de tirs.

Selon le dernier bilan établi par la MONUSCO, quatre soldats des FARDC ont été tués et trois civils blessés au cours des combats.

« Je présente mes condoléances aux familles des victimes et au peuple congolais. Ce dernier incident prouve à suffisance qu'il ne peut avoir aucune cohabitation, ni négociation avec les groupes armés. La MONUSCO fera usage de toute sa force pour consolider les récents acquis militaires », a affirmé Martin Kobler.

Environ 1000 civils ont trouvé refuge auprès de la base de la MONUSCO à Pinga, pendant l'attaque.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : l'ONU juge crucial une mise en œuvre rapide de l'accord de paix

Malgré les progrès déjà réalisés en République démocratique du Congo (RDC), il est crucial d'accélérer la mise en œuvre de l'Accord-cadre pour la Paix, la Sécurité et la Coopération, ont déclaré lundi deux hauts responsables de l'ONU lors d'une réunion du Conseil de sécurité.