Ban prend note du «léger retard» dans l'acheminement, hors de Syrie, des stocks d'armes chimiques

28 décembre 2013

La Coordonnatrice spéciale de la Mission conjointe de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et de l'ONU, Sigrid Kaag, a annoncé samedi qu'en raison de « difficultés techniques », il y aura un léger retard dans le transport, hors de Syrie, de la première tranche des « agents chimiques » collectés dans le cadre de l'élimination de l'arsenal chimique syrien. Ces produits devaient être initialement retirés le 31 décembre.

« Malgré ce retard, la mission conjointe continue de travailler étroitement et activement avec le gouvernement [syrien] et les États parties qui prêtent leur concours pour entamer, dès que possible, des opérations d'enlèvement et de transport sûres et sécurisées », précise une déclaration du Secrétaire général Ban Ki-moon, qui félicite la Coordonnatrice spéciale et son équipe pour « leur travail constant » dans « des conditions difficiles ».

La déclaration souligne que « l'effort international visant à éliminer le programme d'armes chimiques de la Syrie continue de faire de réels progrès, comme en témoigne le fait que toutes les étapes importantes précédentes ont été franchies avec succès au cours des trois derniers mois ».

La mission conjointe a été établie le 16 octobre avec pour mandat de superviser l'élimination du programme d'armes chimiques de façon sûre et définitive. Deux semaines plus tard, elle confirmait que le gouvernement syrien avait détruit les équipements servant à la production d'armes chimiques, supprimant ainsi sa capacité de concevoir de telles armes.

L'une des tâches les plus urgentes qui reste à accomplir pour la mission conjointe et de superviser et d'encadrer le transport, hors de Syrie, des stocks d'armes chimiques, et leur destruction, avant la date-butoir du 30 juin 2014.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'arsenal chimique syrien, loin d'être totalement éliminé, selon la mission ONU-OIAC

La Coordonnatrice spéciale de la mission conjointe en Syrie de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et de l'ONU, Sigrid Kaag, a affirmé vendredi que si des progrès avaient été accomplis dans la destruction des stocks syriens d'armes chimiques, notamment grâce à la coopération avec les autorités et le soutien de la communauté internationale, il reste encore beaucoup à faire.