Gaza: Israël confirme l'autorisation d'importer des matériaux de construction pour les projets de l'ONU

9 décembre 2013

Le gouvernement israélien a décidé de reprendre le transfert de matériaux de construction pour les projets des Nations Unies à Gaza, a confirmé lundi un haut émissaire de l'ONU, qui a toutefois souligné l'urgence de répondre aux besoins énergétiques sur le territoire.

« L'Organisation des Nations Unies met en œuvre à Gaza des projets de construction essentiels, d'un montant total de 500 millions de dollars, tels que des écoles, des logements sociauxn une alimentation en eau et des installations sanitaires», indique le Coordonnateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, dans un communiqué de presse.

Parallèlement, a-t-il dit, l'ONU espère qu'une solution sera rapidement trouvée au problème urgent de l'énergie.

Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), la couverture énergétique est effectivement très lacunaire pour les 1,7 million de résidents de Gaza après la fermeture de la seule centrale électrique de Gaza en raison d'une pénurie de carburant qui dure depuis le 1er novembre.

L'électricité est fournie par des lignes à haute tension israéliennes et égyptiennes, mais la centrale électrique de Gaza fournit environ 30% du bouquet énergétique du territoire, a déclaré le Bureau.

Dans sa déclaration, M. Serry rappelle la nécessité de répondre à cette question, ainsi que'à celles de l'eau et des projets de travaux publics du secteur privé. « Il est maintenant temps pour ceux qui envisagent d'aller de l'avant d'agir de toute urgence et de manière décisive », exhorte-t-il.

De hauts fonctionnaires de l'ONU ont demandé à plusieurs reprises la levée du blocus imposé par Israël à Gaza, qui continue d'avoir un grave impact humanitaire sur les civils et perpétue une situation inacceptable pour la population palestinienne.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gaza: la pénurie de carburant pourrait aboutir à une crise humanitaire catastrophique, selon un expert de l'ONU

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés, Richard Falk, a exprimé mardi sa vive préoccupation devant la pénurie d'électricité dans le territoire palestinien occupé et en particulier à Gaza, où 1,7 million de personnes vivent dans des conditions très difficiles : trois semaines après la fermeture de l'unique centrale électrique de la bande, en raison d'un manque de carburant, l'électricité ne fonctionne plus que six heures par jour.