Somalie: Ban condamne l'attaque d'Al-Chabab contre un poste de police près de la frontière éthiopienne

20 novembre 2013

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a fermement condamné mardi les attaques meurtrières d'Al-Chabab lancées contre un poste de police en Somalie, qui s'inscrivent dans l'entreprise de déstabilisation du pays de ce groupe armé.

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a fermement condamné mardi les attaques meurtrières lancées contre un poste de police en Somalie.

Les militants islamistes radicaux d'Al-Chabab seraient responsables de cette attaque perpétrée dans la ville de Beledweyne, située près de la frontière avec l'Éthiopie, qui aurait fait au moins 19 victimes.

« Le Secrétaire général est déterminé à soutenir le gouvernement somalien face à de telles attaques et à maintenir le pays sur la voie de la paix et de la sécurité. Il réitère l'engagement des Nations Unies à soutenir le gouvernement fédéral de Somalie, ses institutions et son peuple », indique le porte-parole de M. Ban dans une déclaration communiquée dans la soirée.

Pays troublé de la Corne de l'Afrique, la Somalie a récemment fait des progrès vers la stabilité avec le retrait, en 2011, de la capitale Mogadiscio, des insurgés d'Al-Chabab et l'instauration, l'année suivante, d'un gouvernement permanent et démocratiquement élu, au terme d'une phase de transition de huit ans.

Toutefois, le 12 novembre dernier, le Conseil de sécurité des Nations Unies avait jugé bon d'autoriser le renforcement temporaire de la Mission de l'Union africaine dans ce pays (AMISOM), afin notamment d'y faire face à la menace que continue de faire peser Al-Chabab.

« Al-Chabab a délibérément changé de tactique depuis mai 2013 dans les zones reprises à ses forces, en quittant le terrain de la guerre conventionnelle pour s'engager sur celui d'une guerre asymétrique », avait conclu un mission conjointe Union africaine-ONU dépêchée en Somalie du 26 août au 6 septembre 2013.

« Al-Chabab a toujours la capacité, bien qu'entamée, de mener des opérations terroristes, non seulement dans les zones encore sous son contrôle, mais aussi à Mogadiscio, à Kismaayo, et hors des frontières de la Somalie, comme l'a montré l'odieuse attaque contre le centre commercial de Westgate à Nairobi, au Kenya », avait prévenu, le 30 octobre, le Vice-Secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, qui avait insisté sur l'intention de ce groupe extrémiste de contraindre la communauté internationale à se désengager de la Somalie.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : le Vice-Secrétaire général plaide pour le renforcement temporaire de l'AMISOM

Le Vice-Secrétaire général, M. Jan Eliasson, a plaidé, mercredi, devant le Conseil de sécurité, pour le renforcement des capacités opérationnelles de la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) et des forces somaliennes, afin de préserver « l'espoir d'une nouvelle Somalie », dont il a pu constater la fragilité lors de sa récente visite à Mogadiscio.