Somalie : indignation du Conseil de sécurité après l'attentat meurtrier d'Al-Chabab à Mogadiscio

10 novembre 2013

Le Conseil de sécurité a exprimé dimanche son indignation après l'attentat qui a fait vendredi soir un carnage à Mogadiscio, tout en réitérant sa détermination à lutter contre toutes les formes de terrorisme.

Selon les médias, une voiture piégée a explosé devant l'un des hôtels les plus luxueux de la capitale dans la soirée, faisant au moins 11 morts et de nombreux blessés.

L'attentat a été revendiqué par le groupe militant Al-Chabab.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil ont souligné que ces actes terroristes « n'entameraient pas sa détermination à soutenir les efforts de la Somalie en faveur de la paix, de la stabilité et de la réconciliation. »

Le Conseil a également réaffirmé sa volonté de prendre des mesures contre les individus dont les agissements constituent une menace à la paix et à la sécurité de la Somalie.

Ce pays troublé de la Corne de l'Afrique est déchirée par des violences entre factions adverses depuis 1991, mais a récemment fait des progrès vers la stabilité. En 2011, les insurgés d'Al-Chabab s'étaient retirés de Mogadiscio et l'an dernier, de nouvelles institutions gouvernementales ont été établies, alors que le pays parvenait au terme d'une phase de transition vers la mise en place d'un gouvernement permanent et démocratiquement élu.

« Les membres du Conseil de sécurité présentent leurs condoléances aux victimes et à leurs familles, ainsi qu'au peuple et au gouvernement de la Somalie », ajoute la déclaration, tout en réaffirmant la détermination du Conseil à contribuer aux efforts internationaux et la Somalie pour éliminer la menace posée par Al-Chabab en Somalie et dans la région

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : le Vice-Secrétaire général plaide pour le renforcement temporaire de l'AMISOM

Le Vice-Secrétaire général, M. Jan Eliasson, a plaidé, mercredi, devant le Conseil de sécurité, pour le renforcement des capacités opérationnelles de la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) et des forces somaliennes, afin de préserver « l'espoir d'une nouvelle Somalie », dont il a pu constater la fragilité lors de sa récente visite à Mogadiscio.