Fin des audiences au procès des khmers rouges Khieu Samphan et Nuon Chea, avant un jugement en 2014

31 octobre 2013

Au terme des 10 journées d'audiences, la Chambre de première instance des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) a clôturé les débats du premier procès de Khieu Samphan et Nuon Chea.

« La Chambre se retire maintenant pour délibérer et un jugement sera prononcé durant la première moitié de 2014 », précise un communiqué de presse

Le public a manifesté un intérêt sans précédent pour ce procès, plus de 100.000 personnes ayant assisté aux 222 jours d'audience, qui se sont achevées par les réquisitions et plaidoiries finales.

Khieu Samphan est l'ancien chef d'État du Kampuchéa démocratique et Nuon Chea l'ancien secrétaire-adjoint du Parti communiste du Kampuchéa.

Généralement considérés comme les numéros 1 et 2 du régime khmer rouge, ils sont inculpés de crimes contre l'humanité pour leur rôle dans l'évacuation forcée de Phnom Penh en avril 1975 et les déplacements de populations qui ont suivi, ainsi que dans les exécutions alléguées de soldats de la République khmère à Toul Po Chrey.

Quatre-vingt-dix-neuf personnes ont déposé à l'audience, dont trois témoins-experts, 53 témoins, cinq témoins de personnalité et 31 parties civiles, auxquels s'ajoutent 2 médecins traitants et 2 médecins experts qui ont donné leurs avis sur la santé des accusés, précise le communiqué

La Chambre a également entendu des dépositions concernant le contexte historique et la formation du régime khmer rouge, les rôles des accusés au sein de ce gouvernement et les structures administratives et de communication au sein de ce régime.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Cambodge : les Chambres extraordinaires clôturent l'affaire Ieng Sary à l'issue du décès de l'accusé

Les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) ont annoncé jeudi le décès de l'accusé Ieng Sary à l'issue de dix jours d'hospitalisation.