Ban salue la signature du Traité sur le commerce des armes par 18 nouveaux États, dont les États-Unis

25 septembre 2013

Le Secrétaire général Ban Ki-moon s'est félicité mercredi de l'annonce de la signature par 18 pays, dont les États-Unis, du Traité sur le commerce des armes, portant le nombre total de signatures à plus de la moitié des États membres.

« En tant que dépositaire du Traité, le Secrétaire général salue chaque signature de cet important traité », indique le porte-parole de M. Ban dans une déclaration.

« Dans le même temps, il est particulièrement significatif que le plus grand pays exportateur d'armes, les Etats-Unis, fasse désormais partie de ceux qui se sont engagés en faveur de la réglementation internationale du commerce des armes », relève le Secrétaire général.

Le Traité sur le commerce des armes entrera en vigueur 90 jours après que 50 États auront déposé leur instrument de ratification (ou d'acceptation ou d'approbation). Au niveau national, une fois qu'ils l'auront ratifié, les États parties devront prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre en œuvre ses dispositions et désigner les autorités nationales compétentes afin de disposer d'un régime de contrôle national efficace et transparent.

Par « armes classiques », le présent Traité désigne les huit catégories suivantes : chars de combat, véhicules blindés de combat, systèmes d'artillerie de gros calibre, avions de combat, hélicoptères de combat, navires de guerre, missiles et lanceurs de missiles, armes légères et armes de petit calibre.

Le Secrétaire général est convaincu que ces nouvelles signatures contribueront aux efforts en vue de réduire l'insécurité et d'atténuer les souffrances des peuples sur tous les continents. « Il appelle les autres pays suivre leur exemple », précise le porte-parole.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'Assemblée générale de l'ONU adopte le Traité sur le commerce international des armes

Le Traité sur le commerce des armes a été adopté mardi par l'Assemblée générale par 154 voix pour, trois contre – République arabe syrienne, République islamique d'Iran et République populaire démocratique de Corée – et 23 abstentions. Cet instrument juridique international sera ouvert à ratifications à compter du 3 juin.