L'équipe d'experts de l'ONU sur les armes chimiques de retour mercredi en Syrie

24 septembre 2013

L'équipe des Nations Unies chargée de déterminer si des armes chimiques ont été utilisées en Syrie sera de retour mercredi dans le pays pour y poursuivre son enquête sur les allégations en suspens, notamment un incident en date du 19 mars qui se serait produit à Khan al-Asal, a indiqué mardi un porte-parole de l'ONU.

L'équipe des Nations Unies chargé de déterminer si des armes chimiques ont été utilisées en Syrie sera de retour mercredi dans le pays pour y poursuivre son enquête sur les allégations en suspens, notamment un incident en date du 19 mars qui se serait produit à Khan al-Asal, a indiqué mardi un porte-parole de l'ONU.

Dirigée par le scientifique suédois Åke Sellström, l'équipe a été établie en mars dernier par le Secrétaire général Ban Ki-moon.

Bénéficiant de l'assistance d'experts de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), l'équipe a pu se rendre le mois dernier en Syrie, où elle a réuni « des preuves claires et convaincantes » de l'utilisation du gaz sarin lors d'un incident, le 21 août, à la Ghouta, en banlieue de Damas, où des centaines de personnes auraient trouvé la mort.

Au cours des dernières semaines, la Syrie a adhéré à la Convention sur les armes chimiques. L'OIAC n'a pas à ce jour partagé avec l'équipe d'enquête de l'ONU les informations dont elle dispose au sujet des stocks d'armes chimiques en Syrie, a noté le porte-parole du Secrétaire général.

La responsabilité de la vérification de l'inventaire et de l'élimination des stocks d'armes chimiques syriens incombe à l'OIAC, a déclaré le porte-parole, en précisant que cette tâche ne fait pas partie du mandat de l'équipe de l'ONU.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Des preuves «indiscutables» de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, affirme Ban au Conseil de sécurité

Le Secrétaire général a confirmé lundi au Conseil de sécurité que des armes chimiques avaient été utilisées à la Ghouta, en Syrie, où de nombreux civils ont trouvé la mort le 21 août dernier.