Armes chimiques en Syrie: Ban salue les «discussions internationales sérieuses» en cours

11 septembre 2013

Le Secrétaire général se félicite de l'émergence de « discussions internationales sérieuses » qui pourraient déboucher sur un accord au Conseil de sécurité en vue de sécuriser et détruire les stocks d'armes chimiques de la Syrie.

Le Secrétaire général Ban Ki-moon s'est vivement félicité mercredi de l'émergence des « discussions internationales sérieuses » qui pourraient déboucher sur un accord au Conseil de sécurité de l'ONU en vue de sécuriser et détruire les stocks d'armes chimiques de la Syrie.

« Le Secrétaire général salue, par conséquent, la décision du Président Obama de prendre le temps d'examiner cette opportunité diplomatique en vue d'atteindre cet objectif crucial », a déclaré son porte-parole au Siège de l'ONU à New York.

Ces propos font suite à une activité diplomatique soutenue au cours des 72 dernières heures, alors que la Fédération de Russie a proposé que Damas place ses armes chimiques sous contrôle international. Parallèlement, les échantillons prélevés par l'équipe de l'ONU sur l'utilisation de telles armes lors d'un incident remontant au 21 août sont actuellement examinés par des laboratoires européens.

Dans un discours prononcé la nuit dernière, le Président américain Barack Obama a évoqué « des signes encourageants depuis quelques jours », annonçant son intention de dépêcher jeudi son Secrétaire d'État, John Kerry, à Genève, pour qu'il y rencontre le Ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dans le cadre de nouveaux pourparlers. M. Obama a indiqué qu'il comptait poursuivre lui-même les discussions avec le son homologue russe Vladimir Poutine.

Aux côtés de la Chine, de la France et du Royaume-Uni, les deux pays sont membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, qui se trouve dans l'impasse sur le dossier syrien.

Le chef de l'ONU a salué les efforts déployés par la Fédération de Russie pour rendre possible un accord. « Il espère que les rencontres russo-américaines plus tard cette semaine permettront de se rapprocher d'un processus capable de répondre à la menace posée par les armes chimiques syriennes et auquel toutes les parties adhèreront », a ajouté le porte-parole.

« Si elle était confirmée, l'utilisation d'armes chimiques serait un crime scandaleux pour laquelle les responsabilités devraient être établies et des efforts résolus déployés pour empêcher toute récidive », indique le communiqué.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : de retour du G20, Ban réfléchit aux propositions qu'il compte faire au Conseil de sécurité

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a déclaré lundi que deux ans et demi de conflit en Syrie avait plongé le Conseil de sécurité dans une « paralysie embarrassante », annonçant son intention de faire des propositions aux 15 membres de cet organe pour parvenir à une solution politique.