Syrie : l'équipe de l'ONU remet à mercredi l'inspection du site où des snipers l'avaient prise pour cible

27 août 2013

L'équipe de l'ONU chargée de déterminer si des armes chimiques ont été utilisées en Syrie a décidé de remettre à demain l'inspection d'un site à l'approche duquel elle avait été prise pour cible par des snipers, a annoncé le porte-parole du Secrétaire général.

L'équipe de l'ONU chargée de déterminer si des armes chimiques ont été utilisées en Syrie a décidé de remettre à demain l'inspection d'un site situé près de Damas, a annoncé mardi matin le porte-parole du Secrétaire général Ban Ki-moon.

« À la suite du déploiement de l'équipe d'inspection des armes chimiques menée par le Professeur Sellstrom pour enquêter sur les allégations de recours à des armes chimiques près de Damas, l'équipe continuera ses investigations sur un site différent aujourd'hui », indique Martin Nesirky dans une note aux correspondants.

Au lendemain de l'attaque perpétrée par des snipers contre un convoi des Nations Unies, une évaluation a conclu à la nécessité de repousser d'un jour le retour des inspecteurs sur le site en question, afin d'améliorer la préparation et la sûreté de l'équipe.

La confirmation d'un accès n'a pas été encore obtenue mais devrait l'être plus tard dans la journée, précise la note.

« Le Secrétaire général exhorte de nouveau toutes les parties au conflit à ménager un accès sûr à l'équipe. Il est dans l'intérêt de toutes les parties d'apporter les preuves matérielles et de faire la lumière sur une situation qui a causé des souffrances considérables au peuple syrien. Les Nations Unies sont là pour prêter assistance, mais ont besoin de la coopération de tous afin de s'acquitter du mandat que leur ont confié les États membres.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Armes chimiques en Syrie : après une attaque de snipers, l'équipe de l'ONU est retournée inspecter un site

Les inspecteurs des Nations Unies chargés de faire la lumière sur l'utilisation présumée d'armes chimiques en Syrie sont retournés inspecter un site de la banlieue de Damas où leur convoi avait essuyé des tirs de snipers, a confirmé ce matin un porte-parole des Nations Unies.