Armes chimiques en Syrie : après une attaque de snipers, l'équipe de l'ONU est retournée inspecter un site

26 août 2013

Les inspecteurs des Nations Unies chargés de faire la lumière sur l'utilisation présumée d'armes chimiques en Syrie sont retournés inspecter un site de la banlieue de Damas où leur convoi avait essuyé des tirs de snipers, a confirmé ce matin un porte-parole des Nations Unies.

Les inspecteurs des Nations Unies chargés de faire la lumière sur l'utilisation présumée d'armes chimiques en Syrie sont retournés inspecter un site dans la banlieue de Damas, après que leur convoi a essuyé des tirs de snipers, a annoncé ce matin un porte-parole des Nations Unies.

« Le premier véhicule de l'équipe d'enquête […] a été délibérément pris pour cible à plusieurs reprises par des tireurs embusqués non identifiés dans la zone-tampon », a-t-il précisé dans une note aux correspondants.

Après avoir regagné dans un premier temps un check-point du gouvernement, l'équipe a pu retourner dans la journée sur le site, où elle a visité deux hôpitaux et recueilli les témoignages de témoins, de survivants et de médecins et prélevé des échantillons.

Dirigée par le scientifique suédois Åke Sellström, l'équipe a jusqu'à 14 jours, avec une prorogation possible de son mandat, pour déterminer si des armes chimiques ont été utilisées par les forces gouvernementales à Khan al-Asal, ainsi que dans le cadre de deux autres incidents signalés par des États Membres. L'équipe coopère étroitement avec l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Il faut souligner de nouveau la nécessité pour toutes les parties de poursuivre leur coopération pour que l'équipe puisse effectuer en toute sécurité un travail important », précise l'ONU dans sa note.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Gouvernement syrien autorise l'ONU à enquêter sur les allégations de l'utilisation d'armes chimiques près de Damas

Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, s'est félicité de l'accord donné du Gouvernement syrien à autoriser les inspecteurs à l'ONU de mener une enquête sur les allégations de l'utilisation récente d'armes chimiques dans une banlieue de la capitale Damas.