Prête au déploiement, l'équipe chargée d'enquêter sur l'emploi d'armes chimiques attend le feu vert de la Syrie

13 août 2013

L'équipe des Nations Unies chargée d'enquêter sur l'utilisation présumée d'armes chimiques en Syrie est désormais prête à partir pour ce pays dès que son gouvernement aura accepté les modalités de son déploiement, a annoncé mardi l'ONU.

Dirigée par le scientifique suédois Åke Sellström, l'équipe a achevé de prendre ce weekend toutes ses dispositions sur le plan logistique, a précisé un porte-parole de l'Organisation.

Dans l'intervalle, la Haute Représentante pour les affaires de désarmement, Angela Kane, a poursuivi ses consultations avec Damas en vue de parvenir à un accord dès que possible sur la nature de la coopération nécessaire pour permettre à la mission d'être menée à bien.

« Une fois que le gouvernement de la Syrie confirmera son acceptation des modalités, l'équipe partira immédiatement », a ajouté le porte-parole.

La mission d'enquête a été mandatée par le Secrétaire général Ban Ki-moon, plus tôt cette année, suite à une demande officielle du gouvernement syrien.

Depuis le début des hostilités en mars 2011 entre les forces gouvernementales et les groupes d'opposition qui cherchent à renverser le régime du Président Bachar Al-Assad, plus de 100.000 personnes ont trouvé la mort, près de deux millions ont fui vers les pays voisins et quatre autres millions ont été déplacés à l'intérieur du pays. En outre, au moins 6,8 millions de Syriens ont besoin d'une assistance humanitaire d'urgence.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU accepte l'invitation du Gouvernement syrien de se rendre à Damas pour préparer l'enquête sur l'emploi d'armes chimiques

Lors d'une réunion, mercredi, au siège de l'ONU à New York, le Secrétaire général, Ban Ki-moon, la Haut-Représentante pour les affaires de désarmement des Nations Unies, Angela Kane et le chef de la mission d'établissement des faits concernant les allégations selon lesquelles des armes chimiques auraient été employées en Syrie, Sellström Åke, ont accepté l'invitation du gouvernement syrien de se rendre à Damas pour discuter des modalités de l'enquête.