Bangladesh : l'ONU demande la libération immédiate d'un défenseur des droits de l'homme

13 août 2013

Le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a exprimé mardi sa préoccupation concernant l'arrestation récente de Adilur Rahman Khan, un éminent défenseur des droits de l'homme au Bangladesh, et a exhorté le gouvernement à le libérer immédiatement.

M. Khan, le directeur de Odhikar, une organisation de défense des droits de l'homme au Bangladesh, a été arrêté à son domicile dans la capitale, Dhaka, le 10 Août par des agents en civil qui auraient agi sans mandat, selon le HCDH.

« Nous appelons le gouvernement du Bangladesh à garantir l'intégrité physique et psychologique de M. Khan, dont l'arrestation pourrait être liée à son travail en tant que défenseur des droits de l'homme », a déclaré le porte-parole du HCDH, Liz Throssell, lors d'une conférence de presse à Genève.

La porte-parole a indiqué que M. Khan aurait été arrêté en vertu de l'article 54 du Code pénal et l'article 57 de la loi sur les technologies de l'information et accusé d'avoir publié de fausses informations sur la violence des forces gouvernementales au cours de manifestations du mouvement islamiste, Hefazat-e-Islami, en mai.

« Odhikar a affirmé que 61 personnes avaient été tuées au cours de ces manifestations, ce qui va à l'encontre de la version des faits présenté par le gouvernement», a rappelé Mme Throssell.

La porte-parole a dit que le lendemain de son arrestation, la libération sous caution de M. Khan a été refusée et il a placé en détention provisoire pendant cinq jours.

« L'accès à un avocat avant son audience au tribunal aurait également été refusé », a-t-elle ajouté.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Des experts de l'ONU exhortent le Bangladesh à respecter les garanties de procédure régulière

Deux experts indépendants des Nations Unies ont exprimé jeudi leurs préoccupations au sujet de la peine de mort prononcée par le Tribunal des crimes internationaux du Bangladesh contre Abdul Kalam Azad au terme d'un procès par contumace qui n'a pas respecté les garanties d'une procédure régulière.