L'ONU condamne le meurtre d'un défenseur des droits de l'homme dans la province du Katanga en RDC

13 août 2013

La Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) a exprimé mardi sa préoccupation face à l'exécution arbitraire le 7 août 2013, dans le territoire de Pweto, province du Katanga, d'un militant des droits de l'homme, par des éléments présumés des Maï Maï Bakata Katanga.

« La MONUSCO condamne cet acte qui met à nouveau en évidence l'extrême précarité de la situation des défenseurs des droits de l'homme en République démocratique du Congo. Elle appelle à l'ouverture de poursuites dans les meilleurs délais à l'encontre des auteurs de ce crime afin qu'ils répondent de leur acte », a souligné la mission onusienne.

Le militant avait dénoncé des violations des droits de l'homme commises dans ce territoire durant de récents affrontements entre des combattants Maï Maï Bakata Katanga et des militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

« La MONUSCO demande instamment aux autorités congolaises de prendre toutes les mesures nécessaires afin d'assurer la protection des défenseurs des droits de l'homme et de leurs proches », a affirmé la mission.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU salue les premières condamnations de personnes coupables d'actes de torture en RDC

Deux ans après la promulgation de la loi portant criminalisation de la torture, le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'homme (BCNUDH) s'est félicité mardi des avancées dans la lutte contre ce fléau et des premières condamnations d'agents étatiques pour avoir pratiqué ou encouragé la torture en République démocratique du Congo.