Libye : l'ONU dénonce l'escalade de la violence et plaide pour un dialogue inclusif

30 juillet 2013

La Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a condamné mardi dans les termes les plus énergiques les actes de violence qui ont eu lieu ces derniers jours dans plusieurs points du pays, dont Tripoli et Benghazi.

La MANUL exprime sa vive préoccupation devant la détérioration de la situation sécuritaire et l'accroissement de la violence qui cible les activistes politiques, les institutions judiciaires, les missions diplomatiques, l'armée, le personnel de la police et d'autres services de l'Etat.

La Mission appelle les autorités à intensifier leurs efforts afin de remédier aux défis sécuritaires que connaît le pays et exhorte tous les Libyens, hommes et femmes, en des circonstances aussi critiques, à s'unir pour répondre aux risques qui menacent la sécurité et la stabilité de la Libye.

Enfin, la MANUL souligne le besoin urgent d'un dialogue national inclusif. Elle appelle tous les responsables, qu'ils soient dirigeants politiques, révolutionnaires ou membres de la société civile, à s'engager résolument et sans plus tarder dans un tel dialogue, afin de promouvoir la vision commune et le consensus qui permettront de répondre aux défis actuels.

Le week-end dernier, Benghazi a été le théâtre de plusieurs explosions, alors que près de 1.200 détenus ont réussi à s'échapper d'une prison.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Défis sécuritaires et faiblesse des institutions entravent la transition en Libye, dit le chef de la MANUL

« La gestion de la transition en Libye sera plus difficile que nous ne le pensions », a prévenu, mardi matin, le Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL), Tarek Mitri, devant le Conseil de sécurité.