CPI : rejet de la demande des autorités libyennes de suspendre la remise de Saif Al-Islam Qadafi à la Cour

18 juillet 2013

La Chambre d'appel de la Cour pénale internationale (CPI) a rejeté jeudi la demande des autorités libyennes de suspendre la remise de Saif Al-Islam Qadafi et a rappelé que la Libye a, actuellement, l'obligation de le remettre à la CPI.

« Les autorités libyennes avaient, le 7 juin 2013, présenté une demande d'effet suspensif dans l'attente de la décision sur l'appel interjeté à l'encontre de la décision de la Chambre préliminaire I rejetant l'exception d'irrecevabilité de l'affaire soulevée par la Libye », a rappelé la CPI dans un communiqué de presse.

« La Chambre d'appel n'a pas été convaincue par les raisons présentées qui invoquaient que la remise du suspect à la Cour créerait une situation irréversible, pour les autorités libyennes, ou dont la rectification serait difficile », a-t-elle ajouté.

La situation en Libye a été déférée au Procureur de la CPI par la résolution 1970 adoptée à l'unanimité, le 26 février 2011, par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Le 27 juin 2011, la Cour a délivré trois mandats d'arrêt à l'encontre de Muammar Mohammed Abu Minyar Qadafi, Saif Al-Islam Qadafi et Abdullah Al-Senussi pour des crimes contre l'humanité, dont meurtre et persécution, qui auraient été commis en Libye du 15 février 2011 au 28 février 2011, à travers l'appareil d'État libyen et les forces de sécurité.

Le 22 novembre 2011, la Chambre préliminaire I a ordonné la clôture de l'affaire à l'encontre de Muammar Qadafi suite à la mort du suspect.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Libye : les quatre fonctionnaires de la CPI libérés après un mois de détention

Le 2 juillet 2012, les autorités libyennes ont libéré les quatre fonctionnaires de la Cour pénale internationale (CPI) qui étaient détenus depuis le 7 juin à Zintan suite à leur visite à Saif Al-Islam Qadafi. Le Président de la CPI, le juge Sang-Hyun Song, a salué cette décision.