L'UNESCO condamne le meurtre du journaliste de télévision hondurien Anibal Barrow

18 juillet 2013

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a dénoncé jeudi le meurtre du journaliste de télévision hondurien, Anibal Barrow, dont le corps a été retrouvé le 11 juillet à proximité de la ville de San Pedro Sula.

« Je condamne fermement ce meurtre », a déclaré Mme Bokova dans un communiqué de presse. « Je compte sur les autorités pour traduire en justice les auteurs de ce crime qui met à mal la liberté d'expression au Honduras et la capacité des journalistes à exercer leur profession. Laisser les crimes contre les journalistes impunis met sérieusement en cause la liberté de la presse ».

Anibal Barrow, ancien présentateur d'une émission débat populaire diffusée sur Globo TV, a été kidnappé le 24 juin à San Pedro Sula lors d'un trajet en voiture avec un chauffeur et des membres de sa famille.

La mort d'Anibal Barrow, vingtième journaliste assassiné au Honduras depuis 2010, intervient après une période marquée par une diminution des meurtres. La liste complète des journalistes assassinés se trouve sur le Mémorial UNESCO des journalistes assassinés.

Plus de 600 journalistes ont été tués au cours de la dernière décennie, a rappelé hier le Vice-secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, lors d'une réunion au Conseil de sécurité sur la protection des journalistes.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Conseil de sécurité : Eliasson demande plus de protection pour les journalistes, 30 d'entre eux étant tués chaque année

Lors d'une réunion mercredi au Conseil de sécurité sur la protection des journalistes, le Vice-secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson a rappelé que la liberté d'expression est un droit fondamental énoncé dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, et le pilier de toute société viable qui se nourrit de médias indépendants et pluralistes.