L'UNICEF condamne l'attaque meurtrière d'une école au Nigéria

8 juillet 2013

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a condamné, lundi, l'attaque qui a eu lieu ce week-end contre une école secondaire à Mamudo, dans l'état de Yobe au nord-est du Nigéria, causant la mort de plus de 20 écoliers, d'un professeur et d'un dignitaire musulman.

L'attaque, qui serait le fait du groupe extrémiste Boko Haram, a eu lieu alors que les écoliers dormaient. « Aucune justification ne peut être apportée aux attaques perpétrées contre les enfants et ceux qui veillent sur eux », affirme l'UNICEF dans un communiqué publié par son Directeur régional pour l'Afrique de l'Ouest et centrale, Manuel Fontaine.

Après avoir présenté ses condoléances aux familles des victimes, l'agence onusienne exhorte les autorités nigérianes à faire en sorte que les auteurs de cette attaque odieuse soient traduits en justice.

Notant que 48 écoliers et sept enseignants ont été tués depuis le 16 juin dans quatre attaques séparées qui ont eu lieu dans la région, l'UNICEF souligne la nécessité de renforcer la sécurité dans toutes les écoles.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCDH très préoccupé par les combats qui font rage dans le nord du Nigeria

Le Bureau du Haut Commissaire aux droits de l'homme (HCDH) a réitéré vendredi son appel au gouvernement nigérian pour qu'il respecte les principes des droits de l'homme dans le cadre des affrontements auxquels ses forces de sécurité se livrent avec les militants islamistes de Boko Haram dans une partie reculée du Nigeria, où 200 personnes au moins auraient été tuées et plus de 2.000 logements endommagés, et à faire traduire les responsables en justice.