L'UNICEF tire la sonnette d'alarme face à la détérioration de la situation humanitaire en République centrafricaine

2 juillet 2013

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a exprimé mardi sa préoccupation concernant la détérioration de la situation humanitaire en République centrafricaine, qui affecte particulièrement les enfants dans le centre et l'est du pays.

Selon une évaluation effectuée par l'agence onusienne dans 13 des 16 préfectures du pays, 51% de la population n'a pas accès aux médicaments et soins médicaux, soit à cause de la fermeture des centres de santé soit à cause du manque de personnel soignant. 81% de la population est en situation d'insécurité alimentaire, en raison notamment du manque de denrées alimentaires et de leur prix élevé.

« Même si des chiffres complets ne sont pas disponibles, les évaluations montrent qu'il existe des risques considérables, avec une augmentation des cas avérés de violence contre les femmes et une hausse du nombre d'enfants non-accompagnés et de recrutement d'enfants », a annoncé la porte-parole de l'UNICEF, Marixie Mercado, lors d'une conférence de presse à Genève.

« Au moins 206.000 personnes ont été déplacées et plus de 50.000 ont fui le pays pour se réfugier dans les pays voisins, principalement en République démocratique du Congo », a-t-elle ajouté.

Avant même le coup d'État militaire de mars, la République centrafricaine connaissait un taux de mortalité infantile parmi les plus élevés au monde. Les évaluations de l'UNICEF rappellent que les enfants sont les plus durement affectés par la pauvreté, la mauvaise gouvernance, le conflit et l'instabilité politique.

« Depuis le début de la crise, l'UNICEF a livré140 tonnes d'aide humanitaire et travaillé avec ses partenaires pour fournir des services de santé et de protection, de l'eau et des denrées alimentaires », a expliqué Mme Mercado.

L'appel de l'UNICEF aux bailleurs de fonds pour le pays s'élevait à 11,5 millions de dollars avant le coup d'État. Il a été depuis plus que doublé pour atteindre 32,4 millions. À ce jour, seuls 9 millions ont été reçus.

Les hostilités ont éclaté en République centrafricaine en décembre 2012, lorsque la coalition rebelle Séléka a lancé une série d'attaques, pris le contrôle des principales villes du pays et avancer sur la capitale, Bangui. Les rebelles ont renversé le pouvoir de l'ancien Président François Bozizé en mars dernier.

Le 13 juin, le Premier ministre centrafricain, Nicolas Tiangaye, a formé un nouveau gouvernement d'union nationale de normalisation de la situation en Centrafrique.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU alloue 7,1 millions de dollars aux personnes touchées par la crise en République centrafricaine

Le Fonds central d'intervention d'urgence (CERF) des Nations Unies a alloué mardi plus de 7,1 millions de dollars aux agences onusiennes en République centrafricaine afin de fournir une aide d'urgence à 1,1 million de personnes, dont 595.000 enfants de moins de 5 ans.