L'Assemblée générale crée un comité d'experts sur le financement du développement durable

21 juin 2013

L'Assemblée générale a créé, vendredi, un Comité de 30 experts chargés de présenter des options stratégiques pour le financement du développement durable, concrétisant ainsi l'une des décisions prises à la Conférence des Nations Unies sur le développement durable « Rio+20 », tenue au Brésil du 20 au 22 juin 2012.

En adoptant « L'avenir que nous voulons », le Document final de Rio+20, les États avaient en effet convenu de mettre en place « un processus intergouvernemental » afin d'évaluer les besoins de financement, d'examiner l'efficacité, la cohérence et les synergies des instruments et cadres existants. L'objectif est d'établir un rapport proposant des options pour une stratégie efficace de financement du développement durable.

Avec la décision qui crée le « Comité intergouvernemental d'experts sur le financement du développement durable », l'Assemblée désigne les 30 spécialistes nommés par les cinq groupes régionaux des Nations Unies et les prie de tenir en août 2013, au plus tard, la première séance des travaux qui devraient s'achever en 2014.

Dans sa décision, l'Assemblée décide en outre que les groupes régionaux seront autorisés à pourvoir au remplacement des experts qui cessent leurs fonctions dès que son Président et le Comité en auront été informés par le groupe régional concerné.

Les 30 experts désignés aujourd'hui viennent des pays suivants: Afrique du Sud, Guinée, Éthiopie, Libye, Maurice, Nigéria et République démocratique du Congo (RDC); Arabie saoudite, Chine, Indonésie, Iran, Japon, Pakistan et République de Corée; Bulgarie, Estonie, Fédération de Russie, Serbie et Slovaquie; Brésil, Chili, Cuba, Jamaïque, Sainte-Lucie et Venezuela; Allemagne, Australie, Finlande, France et Royaume-Uni.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'écologie et le travail décent au cœur du développement durable, pour l'OIT

Pour la première fois dans l'histoire presque centenaire de l'Organisation internationale du travail (OIT), des délégués des gouvernements, des employeurs et des travailleurs ont énoncé des principes directeurs pour assurer une transition juste vers une économie plus respectueuse de l'environnement, s'est félicité mercredi l'Agence dans un communiqué de presse depuis Genève.