Ban condamne les violences meurtrières au Nigéria

22 avril 2013

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exprimé lundi sa consternation à l'annonce du nombre de morts causés par les affrontements entre forces gouvernementales et un groupe extrémiste au Nigeria.

« Le Secrétaire général est horrifié et attristé par les informations faisant état d'un nombre élevé de morts parmi la population civile et de maisons détruites après les violences qui ont eu lieu, les 19 et 20 avril, entre les forces militaires et un groupe extrémiste, à Baga, une ville de l'Etat de Borno, situé dans le sud-est du Nigéria », lit la déclaration transmise dans la journée par le porte-parole de M. Ban.

D'après les médias, des combats entre les forces armées nigérianes et le groupe islamiste Boko Haram auraient coûté la vie à au moins 185 personnes. L'an dernier, ce groupe aurait attaqué des églises et des civils dans l'état de Kaduna, déclenchant une vague de violence interconfessionnelle.

« Le Secrétaire général réitère sa ferme conviction qu'aucun objectif ne peut justifier ce recours à la violence. Il souligne la nécessité pour toutes les parties concernées de respecter pleinement les droits de l'homme et de préserver la vie des populations civiles », a-t-il ajouté.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Choqué par le meurtre de trois médecins nord-coréens au Nigeria, Ban plaide pour la protection des personnels de santé

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a fermement condamné lundi les meurtres de trois médecins originaires de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), perpétrés dans le nord-est du Nigéria, quelques jours seulement après celui de personnels de santé.