Au Cameroun, l'ONU réaffirme son soutien au chef du gouvernement centrafricain

21 avril 2013

En déplacement ce weekend à Douala, au Cameroun, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques a réitéré le soutien de l'ONU au retour à l'ordre politique et constitutionnel en République centrafricaine.

En déplacement ce weekend à Douala, au Cameroun, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques a réitéré le soutien politique et humanitaire de l'ONU à la République centrafricaine.

Samedi, Jeffrey Feltman, a assuré le Premier Ministre centrafricain, Nicolas Tiangaye, du soutien de l'ONU à la mise en œuvre des Accords de Libreville signés avec la coalition rebelle de la Séléka, qui a chassé du pouvoir, le 24 mars dernier, le gouvernement légitime.

Depuis que la Séléka a lancé une offensive, en décembre 2012, 1,2 million de personnes sont privés de services de base en République centrafricaine. Au moins 4,1 millions, la plupart des enfants, ont été directement touchés par la crise et plus de 37.000 ont fui les violences et les violations des droits de l'homme qui se multiplient depuis quatre mois.

Signés le 11 janvier dernier au Gabon, les Accords de Libreville prévoient notamment la mise en place d'un Conseil national de transition chargé d'élire une autorité de transition. Les rebelles affirment que le gouvernement du Président François Bozizé n'a pas respecté ses obligations en vertu de cet accord.

M. Feltman a relayé la profonde préoccupation du Secrétaire général Ban Ki-moon devant une situation alarmante en République centrafricaine, marquée par une insécurité grandissante et l'absence d'ordre public et d'état de droit, indique une note transmise par le porte-parole de M. Ban.

Le chef de la branche politique de l'ONU a salué la condamnation publique, par le Premier Ministre centrafricain, de la violence et des pillages, et l'a exhorté à faire preuve de leadership dans le rétablissement de l'ordre constitutionnel à travers le pays.

M. Feltman a également affirmé que l'ONU demeurait engagée aux côtés des partenaires régionaux et internationaux de la République centrafricaine pour fournir une assistance humanitaire, lorsque les conditions de sécurité le permettent.

La semaine dernière, le Secrétaire général avait salué les efforts régionaux déployés par la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale et l'Union africaine pour prendre d'urgence des mesures en vue de répondre à l'insécurité, avec l'assistance de la communauté internationale.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Des responsables onusiens réclament la fin des violences en République centrafricaine

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a fait part mardi de son inquiétude face aux nombreuses informations faisant état de violations généralisées des droits de l'homme en République Centrafricaine, appelant au rétablissement urgent de l'état de droit dans le pays.