Pour le Secrétaire général, la crise dans la péninsule coréenne «est déjà allée trop loin»

2 avril 2013

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a souligné mardi que la crise actuelle dans la péninsule coréenne « est déjà allée trop loin », après l'annonce faite par la République populaire démocratique de Corée (RPDC) de redémarrer son réacteur nucléaire de Yongbyon.

« Je suis profondément préoccupé. En ma qualité de Secrétaire général, il est de mon devoir d'empêcher la guerre et d'œuvrer à la paix. Il est également de ma responsabilité de déclarer que la crise actuelle est déjà allée trop loin », a indiqué M. Ban lors d'une conférence de presse donnée en Andorre, où il est en visite officielle.

« Les menaces nucléaires ne sont pas un jeu. Une rhétorique agressive et une gesticulation militaire sont contreproductives par nature et alimentent la peur et l'instabilité. »

M. Ban a appelé au dialogue et aux négociations, seuls moyens selon lui de résoudre la crise et exprimant sa disposition à aider toutes les parties concernées à y parvenir.

En février dernier, la RPDC avait procédé à son troisième essai nucléaire, en violation des sanctions que lui impose depuis 2006 le Conseil de sécurité, suscitant une vague de condamnations, notamment de la part du Secrétaire général.

Ce test avait conduit le Conseil à durcir les sanctions économiques et financières à l'encontre de Pyongyang. La RPDC avait ensuite annoncé qu'elle considérait comme nul et non avenu l'armistice de 1953, qui avait mis fin à la guerre de Corée.

« Les choses doivent maintenant rentrer dans l'ordre, alors que cette situation, qu'un manque de communication n'a fait qu'empirer, pourrait nous conduire là où personne ne souhaite aller », dit-il.

« Il n'y a aucun besoin pour la République populaire démocratique de Corée d'aller au conflit avec la communauté internationale. Je suis convaincu que personne n'a l'intention d'attaquer la RPDC à cause de désaccords sur son système politique ou sa politique étrangère. Toutefois, je crains que d'autres ne réagissent fermement à toute provocation militaire directe. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Conseil de sécurité durcit de nouveau les sanctions contre la RPDC suite à son dernier essai nucléaire

En adoptant à l'unanimité de ses quinze membres une résolution présentée par les États-Unis et la République de Corée, le Conseil a, jeudi, pour la troisième fois en sept ans, durci et élargi le régime des sanctions applicables à la RPDC, qui avait procédé à un nouvel essai nucléaire le 12 février 2013.