Le Secrétaire général annonce une tournée de sept jours en Europe

27 mars 2013

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a annoncé mercredi qu'il se rendrait samedi en Europe, notamment pour donner le coup d'envoi en Espagne de l'évènement « 1.000 jours d'action pour les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) » et participer à la session d'ouverture de la Conférence de la convention sur les armes chimiques.

D'après son porte-parole, M. Ban débutera dimanche sa tournée européenne à San Marin, où il participera à l'investiture des deux nouveaux chefs d'États, ou capitaines-régents, de la plus ancienne République du monde.

M. Ban se rendra ensuite à Andorre et Monaco, qui célèbrent le vingtième anniversaire de leur adhésion à l'ONU, a expliqué le porte-parole lors d'une conférence de presse à New York.

Jeudi prochain, le Secrétaire général sera à Madrid, en Espagne, pour rencontrer des responsables gouvernementaux et lancer officiellement les 1.000 jours d'action pour atteindre les OMD avant la date butoir de 2015.

À Madrid, M. Ban participera également à la réunion Conseil des Chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies et se verra décerné un prix par le Nouveau Forum économique en reconnaissance de sa contribution à la promotion de la paix et de la sécurité et du développement économique et social.

Enfin, dimanche 7 avril, M. Ban se rendra aux Pays-Bas pour participer à la session d'ouverture de la troisième session de la Conférence d'examen de la Convention sur les armes chimiques. À la Haye, le Secrétaire général rencontrera le Président et les membres de la Cour internationale de justice (CIJ) ainsi que les Présidents de la Cour pénale internationale (CPI).

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La crise de la dette continuera de peser lourdement sur l'économie européenne en 2013

Le rapport-phare de l'ONU sur les perspectives de l'économie mondiale prévoit une zone euro toujours en récession et une faible croissance du PIB régional en 2013. Sur le banc des accusés : la crise de la dette souveraine et les programmes d'austérité budgétaire, mais aussi le ralentissement de la demande extérieure et les prix élevés du carburant.