Après des violences intercommunautaires au Myanmar, l'Envoyé de l'ONU lance un appel au calme

22 mars 2013

Le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Myanmar, Vijay Nambiar, a exprimé vendredi sa préoccupation devant les violences perpétrées dans la municipalité de Meiktila, située dans la région de Mandalay, qui ont coûté la vie de nombreuses personnes et fait d'importants dégâts matériels.

Le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Myanmar, Vijay Nambiar, a exprimé vendredi sa préoccupation devant les violences perpétrées dans la municipalité de Meiktila, située dans la région de Mandalay, qui ont fait de nombreuses victimes et d'importants dégâts matériels.

Selon les médias, le Président Thein Sein aurait déclaré l'état d'urgence dans quatre municipalités de la région suite à plusieurs jours de confrontations entre bouddhistes et musulmans.

Arrivé jeudi à Yangon, M. Nambiar a souligné qu'une action prompte et décisive des autorités était nécessaire pour prévenir des effusions de sang inutiles et la contagion de la violence. Il a également appelé toutes les parties prenantes à promouvoir la paix entre communautés.

« Les chefs religieux doivent publiquement appeler les membres de leurs communautés afin qu'ils abjurent la violence, respectent la loi et promeuvent la paix », encourage M. Nambiar dans un communiqué de presse.

L'« unité » et la « convergence » des efforts déployés par le gouvernement du Myanmar, les dirigeants des partis politiques et les membres du Parlement est, selon M. Nambiar, « particulièrement louable ». Le Conseiller spécial a exprimé son souhait de voir une accalmie prochaine de la situation, tout en exhortant le gouvernement à « rester vigilant ».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU préoccupée par un incident au cours duquel des Rohingya du Myanmar ont trouvé la mort

Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a exprimé vendredi sa préoccupation devant les informations selon lesquelles la marine thaïlandaise aurait abattu au moins deux demandeurs d'asile Rohingya, qui avaient fui le Myanmar par mer.