L'UNRWA condamne les attaques contre des réfugiés de Palestine en Syrie

27 février 2013

L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a condamné mercredi les attaques contre les enfants palestiniens en Syrie et a réitéré l'appel à toutes les parties prenantes au conflit de cesser de commettre des actes de violence dans les quartiers résidentiels pour éviter de faire des victimes parmi les civils, dont les réfugiés.

Lundi, Bassem al-Hindi, un réfugié palestinien de 14 ans, a été blessé grièvement à la tête lorsqu'un obus de mortier a explosé sur la voie publique à Damas. Quelques heures plus tard, Bassem est mort de ses blessures, a annoncé l'UNRWA dans un communiqué de presse.

L'incident a eu lieu à quelques mètres seulement de l'école de l'UNRWA de Tantouri, que fréquentait Bassem. Tantouri est l'une des 30 écoles de l'agence onusienne qui restent opérationnelles dans la région autour de Damas.

Selon l'UNRWA, un autre écolier a été blessé par l'explosion qui a également tué un homme et ses deux filles. Le tir de mortier aurait visé un barrage routier dressé à proximité de l'école.

« L'UNRWA est attristé par la fin violente et soudaine de la vie d'un jeune réfugié de Palestine et de trois membres d'une famille syrienne », a indiqué l'agence. « Les pensées de l'UNRWA et de son personnel vont aux familles des victimes ».

L'UNRWA a souligné que toutes les parties prenantes doivent respecter les obligations légales internationales de respecter la vie et de protéger les réfugiés et autres civils dans le cadre du conflit armé, en ajoutant qu' « aucun objectif militaire ou politique peut justifier une telle négligence pour la sécurité des enfants ou le respect de la vie ».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : à la veille d'une conférence de donateurs, l'ONU souligne les besoins humanitaires toujours croissants

À la veille d'une importante conférence pour les bailleurs de fonds pour la Syrie, le Directeur des opérations du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), John Ging, a demandé davantage de fonds pour aider les millions de personnes affectées par la crise humanitaire dans ce pays, particulièrement difficile à cause du froid hivernal.