Des vedettes hollywoodiennes soutiennent le programme d'emplois verts lancé par l'OIT

22 février 2013

Des centaines de célébrités d'Hollywood et de professionnels de l'industrie cinématographique ont participé vendredi à un événement de sensibilisation au programme des « emplois verts » de l'Organisation internationale du travail (OIT).

Des centaines de célébrités d'Hollywood et de professionnels de l'industrie cinématographique ont participé vendredi à un événement de sensibilisation au programme des « emplois verts » de l'Organisation internationale du travail (OIT).

Intitulé « Une nuit verte », la manifestation était organisée par le magazine culturel américain Vanity Fair et animée par le compositeur de bandes originales de films Hans Zimmer et le cinéaste Ron Howard – tous deux lauréats d'Oscars.

« Je suis très honoré d'animer cet événement pour l'OIT. Vous faites vraiment une différence dans la vie de nombreuses personnes », a déclaré M. Zimmer.

Les acteurs Adrien Brody, Alyssa Milano et Josh Harnett, ainsi que le réalisateur Michael Moore, comptaient parmi les 300 convives réunis dans un restaurant de West Hollywood sur le thème de l'économie verte et l'impératif d'offrir un avenir durable à la prochaine génération.

« Je suis ravie de voir l'engouement suscité par un tel événement », s'est félicitée la Directrice de la communication et de l'information publique de l'OIT, Marcia Poole.

« Il est rassurant de constater qu'Hollywood se mobilise pour relever ce défi: garantir aux jeunes des générations futures un accès aux études, aux formations et au savoir-faire qui leur permettront de tirer parti des opportunités qu'offre une économie plus respectueuse de l'environnement », a-t-elle expliqué.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'OIT préconise le renforcement de la lutte contre le travail forcé dans le monde

Selon un rapport publié vendredi par l'Organisation internationale du travail (OIT), il est nécessaire d'adopter des mesures plus sévères pour lutter contre le travail forcé. Selon les estimations, près de 21 millions de personnes dans le monde seraient pris au piège d'emplois qu'ils ne peuvent quitter ou de la servitude pour dette, victimes de trafic, voire nés en esclavage.