L'UNESCO condamne le meurtre du journaliste radio paraguayen Marcelino Vázquez

21 février 2013

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné jeudi le meurtre au Paraguay du journaliste Marcelino Vázquez, propriétaire et animateur de la station « Radio Sin Fronteras 98.5 FM ».

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné jeudi le meurtre au Paraguay du journaliste Marcelino Vázquez, propriétaire et responsable de « Radio Sin Fronteras 98.5 FM ».

M. Vázquez a été tué à Pedro Juan Caballero, capitale de la région d'Amambay, à la frontière avec le Brésil, et la Directrice générale a demandé que le crime fasse l'objet d'une enquête.

« Il est très important que les coupables soient traduits en justice. La liberté d'expression, qui est un droit humain fondamental, dépend de la capacité des responsables et des professionnels des médias à travailler dans des conditions de sécurité satisfaisantes », déclare Mme Bokova dans un communiqué de presse.

Marcelino Vázquez, 54 ans, a été abattu le 6 février alors qu'il quittait la radio, une station qui diffusait surtout de la musique mais également des émissions d'information et d'opinion. Il comptait se rendre dans une discothèque située à proximité dont il était également le propriétaire.

Il s'agit du premier meurtre visant un média paraguayen depuis des années. La liste complète des journalistes assassinés se trouve sur le Mémorial UNESCO des journalistes assassinés.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO condamne le meurtre du journaliste syrien Ayham Mostafa Ghazzoul

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a exprimé jeudi sa profonde préoccupation suite aux informations récentes concernant la mort en détention du journaliste syrien Ayham Mostafa Ghazzoul, le 9 novembre 2012. Selon les organisations internationales de défense de la liberté d'expression, M. Ghazzoul a succombé à ses blessures après avoir été torturé.