L'UNESCO condamne le meurtre du journaliste syrien Ayham Mostafa Ghazzoul

14 février 2013

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a exprimé jeudi sa profonde préoccupation suite aux informations récentes concernant la mort en détention du journaliste syrien Ayham Mostafa Ghazzoul, le 9 novembre 2012. Selon les organisations internationales de défense de la liberté d'expression, M. Ghazzoul a succombé à ses blessures après avoir été torturé.

« Je suis très préoccupée par la mort d'Ayham Mostafa Ghazzoul », a déclaré Mme Bokova dans un communiqué de presse. « Il est important que la lumière soit faite sur les circonstances qui entourent ce tragique événement et que toutes les parties prenantes au conflit en Syrie respectent le statut civil de tous les journalistes et leur droit à la liberté d'expression ».

Âgé de 26 ans, Ayham Mostafa Ghazzoul était un contributeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d'expression basé à Damas. Cet étudiant est mort au siège des services de renseignements de l'armée de l'air, quatre jours après son arrestation.

Le meurtre d'Ayham Mostafa Ghazzoul porte à 46 le nombre de journalistes citoyens et professionnels tués en Syrie depuis le début du conflit en 2011 ayant fait l'objet d'une condamnation par la Directrice générale. Ils figurent dans le Mémorial UNESCO des journalistes assassinés.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO condamne la poursuite des meurtres de journalistes citoyens en Syrie

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, s'est alarmée du meurtre de sept journalistes citoyens syriens entre le 10 juin et le 4 juillet, soulignant la nécessité pour les autorités d'enquêter sur ces cas et de prendre des mesures afin d'assurer la sécurité de tous les journalistes en Syrie.