L'ONU préoccupé par une situation politique toujours tendue en République centrafricaine

2 janvier 2013

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour la République centrafricaine, Margaret Vogt, a affirmé mercredi qu'elle continuait de suivre avec une « profonde préoccupation » la situation en République centrafricaine.

Egalement chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix dans ce pays (BINUCA), Mme Vogt a réitéré la position de l'ONU, qui s'aligne sur la déclaration du Conseil de sécurité en date du 27 décembre dernier, dans laquelle celui-ci appelle toutes les parties à s'abstenir d'actes de violence contre les civils, à respecter les droits de l'homme et à rechercher une solution pacifique à leur différend.

L'ONU appelle le gouvernement et la coalition de groupes armés rebelles connue sous le nom de Séléka à privilégier un dialogue de nature à permettre un règlement pacifique du conflit et à respecter l'Accord de paix global de Libreville. Les Nations Unies, ajoute Mme Vogt, accueillent avec satisfaction les efforts déployés au niveau régional pour trouver une solution politique et à renforcer la sécurité dans le pays.

Si, par mesure de précaution, le personnel international des Nations Unies a temporairement quitté le pays, l'Organisation demeure toutefois engagée en faveur des efforts visant à régler la crise. La Représentante spéciale a maintenu le contact avec les parties prenantes en République centrafricaine et dans la région et offert son appui aux négociations politiques.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

République centrafricaine : le Conseil de sécurité demande aux groupes rebelles de cesser leurs attaques

Le Conseil de sécurité demande que les groupes armés en République centrafricaine cessent immédiatement les hostilités, à la suite des attaques qu'ils ont perpétrées contre plusieurs villes au cours des derniers jours, et appelle toutes les parties à œuvrer à la recherche d'une solution pacifique à la crise.