Ban exprime sa déception et sa préoccupation face au projet israélien d'expansion de colonies autour de Jérusalem-Est

3 décembre 2012

Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a exprimé lundi sa déception et sa vive préoccupation face à l'annonce faite par Israël de la construction de 3.000 nouveaux logements dans des colonies israéliennes à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

« L'annonce concernerait la planification dite « enveloppe E-1 », laquelle risque de couper complètement Jérusalem-Est du reste de la Cisjordanie », a déclaré le porte-parole de M. Ban dans un communiqué de presse.

« Les colonies de peuplement sont illégales en vertu du droit international. Si la colonie de peuplement E-1 venait à être construite, cela représenterait un coup presque fatal aux dernières chances d'aboutir à une solution à deux États », a-t-il souligné.

Le gouvernement israélien a annoncé vendredi son intention de bâtir dans l'enveloppe E-1 qui est situé dans les territoires palestiniens occupés en Cisjordanie, afin de relier une grande colonie israélienne avec la ville de Jérusalem. Si cette intention est réalisée, cela couperait la Cisjordanie en deux. Dans ces conditions un État palestinien viable et souverain serait impossible à réaliser tel que prévu par la solution de deux États, Israël et Palestine, qui existeraient côte à côte en paix et avec des frontières reconnues.

Le porte-parole du Secrétaire général a indiqué que M. Ban réitère son appel à toutes les parties concernées, les engageant à reprendre les négociations et à intensifier leurs efforts pour une paix à part entière, juste et durable et exhorte les parties à éviter toute action provocatrice.

« Dans l'intérêt de la paix, tous les projets E-1 doivent être annulés », a-t-il souligné.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'Assemblée générale de l'ONU accorde à la Palestine le statut d'État non membre observateur

L'Assemblée générale des Nations Unies a accordé jeudi à la Palestine le statut d'État non membre observateur de l'ONU en adoptant une résolution qui considère également urgent de reprendre et d'accélérer les négociations dans le cadre du processus de paix au Moyen-Orient.