L'ONUSIDA lance une nouvelle initiative de lutte contre la tuberculose, principale cause de mortalité des séropositifs

27 novembre 2012

Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) a annoncé mardi avoir conclu un accord avec le Partenariat contre la tuberculose (Stop TB) dans le cadre d'une campagne visant à renforcer la lutte contre cette maladie qui tue un grand nombre de séropositifs.

« La combinaison entre le VIH et la tuberculose est létale. Nous pouvons empêcher le décès des patients séropositifs en associant et simplifiant les traitements de ces deux maladies », a déclaré le Directeur exécutif de l'ONUSIDA dans un communiqué de presse.

Lors de la réunion de haut niveau de l'ONU sur le sida en juin 2011, les États Membres s'étaient mis d'accord sur l'objectif ambitieux de réduire de moitié le nombre de décès de séropositifs atteintes de la tuberculose avant 2015, date-butoir de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

La priorité a été accordée aux dix pays dans lesquels deux tiers des décès de ce type surviennent : Éthiopie, Inde, Kenya, Mozambique, Nigéria, Afrique du Sud, Tanzanie, Ouganda, Zambie et Zimbabwe.

« Il est possible d'empêcher les infections de la tuberculose et la maladie est curable à moindre frais. Pourtant, un décès sur quatre de personnes séropositives est du à la tuberculose, une situation scandaleuse », a affirmé la Secrétaire exécutive de Stop TB, Lucica Ditiu.

« Grâce à cet accord, l'ONUSIDA et Stop TB se sont engagés à une action consolidée avec d'autres partenaires pour prêter assistance aux pays les plus menacés pour qu'ils intègrent la lutte contre la tuberculose aux programmes de lutte contre le sida », a-t-elle ajouté.

Malgré un accès élargi aux traitements antirétroviraux, qui a permis une réduction de 13% de la mortalité liée à la tuberculose des patients séropositifs au cours des deux dernières années, cette maladie pulmonaire continue d'être la principale cause de mortalité des personnes séropositives qui ont de 20 à 30% de plus de risques de contracter la tuberculose que les personnes séronégatives.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Michel Sidibé : « Je crois que nous sommes au début de la fin de la pandémie de VIH/sida »

Pour la première fois depuis 22 ans, la Conférence internationale sur le sida se tient aux États-Unis, après la levée, en 2009, de l'interdiction de voyager imposée aux personnes atteintes du VIH/sida. Venu à Washington pour l'occasion, le Directeur exécutif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), Michel Sidibé, y voit un signe encourageant à un moment crucial de la lutte contre la pandémie. Un signe qui confirme selon lui qu'une nouvelle forme de solidarité est à l'œuvre, où l'appropriation nationale par les pays les plus touchés joue un rôle de premier plan, comme il l'explique dans un entretien accordé au Centre d'actualités de l'ONU.