Myanmar : l'ONU demande 41 millions de dollars de plus pour les personnes déplacées par les violences dans l'état de Rakhine

21 novembre 2012

Les Nations Unies et les autorités du Myanmar ont demandé mercredi 41 millions de dollars supplémentaires auprès de la communauté des donateurs dans le cadre d'un élargissement du plan d'intervention humanitaire d'urgence visant à aider près de 115.000 personnes déplacées par les violences intercommunautaires dans l'état de Rakhine.

« Une réponse rapide de la part des bailleurs de fonds permettrait de financer une aide vitale telle que des logements improvisés, l'accès à l'eau potable, une distribution d'aide alimentaire et des services de santé », a plaidé le Coordonnateur humanitaire au Myanmar, Ashok Nigam, lors de sa présentation du plan modifié dans la ville de Yangon.

« Des dizaines de milliers de personnes vivent dans des conditions effroyables et ont désespérément besoin de notre aide », a-t-il insisté.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), le plan d'urgence qui, initialement, prévoyait une aide de 32,5 millions de dollars, est insuffisant pour couvrir les besoins et a été revu à la hausse, passant à 67,6 millions pour la période allant de juillet 2012 à juin 2013. À ce jour, 27 millions seulement ont été débloqués.

Le nord de l'état de Rakhine est émaillé de violences intercommunautaires depuis le mois de juin dernier, lorsque des affrontements ont éclaté entre des bouddhistes de l'ethnie Rakhine et des musulmans Rohingya.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCR plaide pour un soutien des pays de la région aux réfugiés en provenance du Myanmar

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé mardi les pays de l'Asie du Sud-Est à maintenir leurs frontières ouvertes pour les réfugiés en provenance du Myanmar, alors que des informations font état de naufrages dans le golfe du Bengale ce mois-ci avec des dizaines de personnes à bord. Le gouvernement du Myanmar est quant à lui exhorté à se pencher de toue urgence sur les causes profondes à l'origine de ces déplacements massifs de population.