L'Envoyé du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahara occidental prévient des dangers du statu quo

12 novembre 2012

Lors d'un entretien lundi avec le Ministre des affaires étrangères espagnol, l'Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Christopher Ross, a déclaré qu'un statu quo concernant le statut final du Sahara occidental était « insoutenable » et « dangereux » dans le contexte de la montée de l'extrémisme, du terrorisme et de la criminalité organisée dans la région du Sahel.

Lors d'un entretien lundi avec le Ministre des affaires étrangères espagnol, l'Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental, Christopher Ross, a déclaré qu'un statu quo concernant le statut final du Sahara occidental était « insoutenable » et « dangereux » dans le contexte de la montée de l'extrémisme, du terrorisme et de la criminalité organisée dans la région du Sahel.

« Le conflit sur le statut final du Sahara occidental dure depuis 37 ans, donc depuis bien trop longtemps », a affirmé M. Ross dans un communiqué de presse.

« S'il est tentant pour certains d'affirmer qu'il est trop risqué de relancer les efforts de paix et que le statu quo garantit au moins la stabilité, je suis convaincu que cela serait une erreur grave, particulièrement alors qu'il est menacé par la montée de l'extrémisme, du terrorisme et des éléments criminels dans la région du Sahel », a-t-il expliqué.

Dans le cadre de la mission que lui a confiée le Secrétaire général de l'ONU, M. Ross vient de s'entretenir avec le gouvernement du Maroc et la direction du Front Polisario. Il s'est également rendu en Algérie et en Mauritanie afin d'y relancer les pourparlers. À l'issue de ses discussions avec le gouvernement espagnol, M. Ross se rendra à Paris, Londres, Washington et Moscou afin de mobiliser le soutien de la communauté internationale.

« Si la situation est laissée en l'état, les violences pourraient reprendre avec des conséquences tragiques pour le peuple sahraoui et l'ensemble de l'Afrique du nord », a prévenu M. Ross.

« Le conflit doit être résolu et cela est possible s'il existe une volonté réelle d'engager le dialogue et de faire preuve de compromis pour trouver une solution acceptable pour tous. J'exhorte toutes les parties prenantes à s'engager au plus vite dans des négociations sérieuses », a-t-il souligné en demandant aux membres de la communauté internationale qui exercent une influence dans la région de soutenir ces efforts.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Maroc et Front Polisario poursuivent le dialogue sur le Sahara occidental

Des délégations du Royaume du Maroc et du Front Polisario ont participé à une nouvelle série de pourparlers informels sur le Sahara occidental à Greentree, New York, du 11 au 13 mars 2012, à l'invitation de l'Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Christopher Ross.