Femmes enceintes, mères et enfants, victimes collatérales du conflit en Syrie, prévient l'UNICEF

2 novembre 2012

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a attiré vendredi l'attention sur l'impact du conflit en Syrie sur les mères et les enfants, en particulier les nouveau-nés, alors que la trêve agrée par les parties pour la fête de l'Aïd Al-Adha a été rompue au cours du week-end dernier.

Lors d'un point de presse donné à Genève, une porte-parole de l'UNICEF, Marixie Mercado, a indiqué que, selon des responsables de santé basés dans ce pays, la poursuite des violences continue de perturber la prise en charge des enfants dans les hôpitaux, en particulier les nourrissons, qui souffrent de plus en plus de la pénurie d'incubateurs.

À l'hôpital général de Damas, « de nombreux bébés seraient morts en raison du manque d'incubateurs », a précisé Mme Mercado.

« Hier, le Ministère de la santé a indiqué à l'UNICEF que 400 incubateurs faisaient défaut à travers le pays », a-t-elle poursuivi, ajoutant que le surpeuplement de l'hôpital général touchait aussi le service pédiatrique, où l'on compte 200 enfants patientent pour seulement 120 lits.

La porte-parole a prévenu que le stress provoqué par les combats avait des effets particulièrement préjudiciables sur les femmes enceintes, dont un certain nombre accouchent prématurément, le plus souvent sous césarienne.

Mme Mercado a indiqué qu'en dépit de l'aide qu'il a réussi à apporter à 60.000 personnes déplacées, l'UNICEF est actuellement confronté à une pénurie de fournitures scolaires et à un manque d'enseignants pour répondre aux besoins des enfants déplacés. Le Fonds redouble d'efforts pour acheminer des incubateurs dans les villes d'Al-Raqqa et de Tartous, entre autres.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNICEF demande des fonds supplémentaires pour aider les enfants touchés par le conflit en Syrie

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a annoncé vendredi qu'en dépit du manque de moyens financiers et de l'escalade de la violence, les efforts pour aider les enfants syriens déplacés se poursuivaient.