Les flux d'investissement direct étranger en recul au cours du premier semestre 2012, selon la CNUCED

23 octobre 2012

Les flux d'investissement direct étranger (IED) ont décliné de 8% au cours du premier semestre 2012, alors que le redressement de l'économie mondiale a essuyé de nombreux revers au second trimestre, révèle mardi la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

Le nouvel état des tendances de l'investissement au niveau mondial, publié par la CNUCED, indique en effet que l'IED devrait se stabiliser en 2012 autour de 1,6 billion de dollars. Le redressement de l'économie mondiale, « lent et semé d'embûches », la faible demande générale et les risques élevés liés aux changements des normes réglementaires continuent de conforter de nombreuses multinationales dans une attitude attentiste lorsqu'il s'agit d'investir à l'étranger. Certes, les prévisions de long terme de la CNUCED indiquent toujours une hausse modérée. Toutefois, le risque de chocs macroéconomiques supplémentaires en 2013 pourrait avoir un impact négatif sur les flux d'IED.

« L'investissement tire la croissance économique vers le haut, mais la tendance actuelle en ce qui concerne les pays en développement, en particulier en Asie, est assez préoccupante, et le défi qui consiste à diriger l'IED vers les secteurs clefs du développement tels que l'infrastructure, l'agriculture et l'économie verte, demeure considérable », affirme le Secrétaire général de la CNUCED, Supachai Panitchpakdi.

Le dernier état des tendances de l'investissement au niveau mondial est consultable au lien suivant : http://unctad.org/en/PublicationsLibrary/webdiaeia2012d20_en.pdf

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Selon la CNUCED, les politiques d'austérité n'ont pas permis de renouer avec la croissance

Selon un rapport publié mercredi par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), l'austérité budgétaire et la compression des salaires affaiblissent toujours plus la croissance dans les pays développés sans que soient obtenus les résultats escomptés en matière de réduction des déficits budgétaires, de création d'emplois et de rétablissement de la confiance des marchés financiers.