RDC : l'ONU condamne une embuscade qui a fait six blessés parmi des Casques bleus

17 octobre 2012

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la République Démocratique du Congo (RDC), Roger Meece, a dénoncé mercredi avec la plus grande fermeté une embuscade tendue à des soldats de la MONUSCO, dans la nuit de mardi à mercredi.

L'attaque a eu lieu à deux kilomètres au nord de la localité de Buganza, situé dans le Nord-Kivu. Six Casques bleus du contingent indien et un interprète congolais ont été blessés.

« Cette attaque préméditée, ciblée et délibérée est inadmissible. Je la condamne avec la plus grande fermeté. Nous allons coopérer avec les autorités nationales pour identifier les responsables de cet acte ignoble, afin qu'ils en répondent devant la justice », a assuré

Roger Meece, par ailleurs le Chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation dans ce pays (MONUSCO), en rappelant que les Casques Bleus sont au service de la paix et que toute attaque contre eux est assimilable à un crime de guerre.

Composée de 18 personnes, la patrouille du contingent indien a été attaquée alors qu'elle se déplaçait de Nyamilima vers Ishasha. À 10 kilomètres au sud d'Ishasha, elle a découvert quatre cadavres de civils, à hauteur du village de Buganza. Aussitôt, des patrouilles ont été lancées pour sécuriser la zone et assurer la protection des civils. C'est aux environ de 22h30, sur le chemin du retour, que la patrouille est tombée dans cette embuscade.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

À l'ONU, une réunion de haut niveau plaide pour une solution politique à la crise dans l'est de la RDC

Le Secrétaire général de l'ONU a affirmé jeudi la nécessité de mettre fin aux souffrances causées par la crise dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), où 320.000 civils ont été déplacés par la reprise des combats et des violences, et appelé à trouver d'urgence une solution pacifique basée sur le dialogue.