L'Algérie plaide pour la recherche de solutions pacifiques et négociées aux situations de conflits

29 septembre 2012

Le Ministre des affaires étrangères de l'Algérie, Mourad Medelci, a salué samedi les récents changements survenus en Afrique du Nord et au Moyen-Orient « voulus par les peuples en quête d'idéal démocratique, de justice et de dignité », en réaffirmant que ces idéaux étaient les principes fondateurs de la Révolution algérienne

Plaidant pour que le peuple du Sahara occidental puisse exercer son droit à l'autodétermination, il a exhorté le Maroc et le Front Polisario « à s'engager de bonne foi dans des pourparlers formels, sous l'égide des Nations Unies, afin de parvenir à une solution juste et durable, répondant aux normes de la légalité internationale ».

Soutenant le dialogue et la négociation pour régler tous les différends, l'Algérie, a rappelé le Ministre, fait partie du Comité de la Ligue des États arabes chargé du suivi de la crise syrienne et, à ce titre, a soutenu les efforts de l'ancien Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes, Kofi Annan, et de son successeur, Lakhdar Brahimi.

En ce qui concerne le Mali, dont la crise menace sérieusement la sécurité des pays du Sahel, il a indiqué que l'Algérie œuvrait, en concertation avec l'Union africaine et la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), à une solution pacifique et durable.

Evoquant la persistance de la crise économique et financière, le Ministre a assuré que la gestion rigoureuse des dépenses par son gouvernement avait permis de dégager un excédent fiscal qui a été consacré à la promotion sociale. Au plan régional, le pays apporte sa contribution au processus démocratique, à l'état de droit et au développement, a-t-il indiqué. L'Algérie partage également son expérience avec les pays de la région en matière de lutte contre le terrorisme, la criminalité organisée, le trafic de drogue et celui des armes, a ajouté M. Medelci.

Le Ministre a également évoqué la stigmatisation de l'Islam et des musulmans, qui, a-t-il dit, heurte les droits de l'homme et menace la coexistence pacifique entre les peuples. C'est pourquoi il a proposé le lancement d'une initiative, sous l'égide de l'ONU, chargée d'identifier les moyens de prévenir et de riposter un tel phénomène.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Algérie: les préoccupations sécuritaires ne doivent pas faire obstacle au respect des droits humains, selon Pillay

Au terme d'une mission de trois jours en Algérie, la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a rappelé mercredi que ce pays avait fait d'« énormes » progrès pour se relever des « désastreuses » années 90, lorsque des milliers de civils ont été tués dans un conflit entre groupes extrémistes et forces gouvernementales, et plusieurs milliers d'autres blessés, déplacés ou portés disparus.