L'apparition probable d'une anomalie El Niño de faible intensité préoccupe l'ONU

26 septembre 2012

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a prévenu mercredi qu'une anomalie de type « El Niño » de faible intensité pourrait se développer en septembre et octobre et persister pendant l'hiver boréal.

Le phénomène El Niño est dû aux interactions à grande échelle de l'océan et de l'atmosphère. Il se caractérise par des températures anormalement élevées de la mer en surface dans les secteurs central et oriental du Pacifique tropical, alors que, dans ces mêmes zones, les températures deviennent inférieures à la normale pendant les épisodes La Niña. Ces deux phénomènes ont une grande influence sur le temps et le climat à l'échelle Mondiale.

« Le progrès des connaissances scientifiques au sujet des épisodes El Niño/La Niña nous ont permis d'améliorer de façon spectaculaire notre capacité de prévoir le climat une saison à l'avance » a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud.

« La publication des bulletins Info-Niño/Niña à l'appui des services climatologiques est désormais considérée comme un outil important pour les secteurs de la réduction des risques de catastrophes, de la gestion des ressources en eau, de l'agriculture et de la santé » a-t-il ajouté.

L'OMM joue un rôle de premier plan dans la coordination des efforts déployés à l'échelle internationale afin d'améliorer les services climatologiques, notamment grâce à la diffusion de prévisions saisonnières et de perspectives d'évolution du climat à l'échelle régionale, et d'aider les pays à faire face à la variabilité du climat et à s'adapter aux changements climatiques.

À cet égard, le Congrès météorologique mondial tiendra une session extraordinaire à la fin du mois d'octobre pour décider du plan de mise en œuvre d'un Cadre mondial pour les services climatologiques.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU invalide le record mondial de température enregistré il y à 90 ans en Libye

Un groupe d'experts de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) a confirmé jeudi l'invalidation du record absolu de chaleur enregistré il y a exactement 90 ans à El Azizia, en Libye, en raison d'une erreur de relevé de la température. L'annonce fait suite à une enquête menée dans des conditions particulièrement dangereuses pendant la révolution libyenne de 2011.