L'ONU invalide le record mondial de température enregistré il y à 90 ans en Libye

La désertification est provoquée par les changements climatiques et l'impact des actions humaines.
La désertification est provoquée par les changements climatiques et l'impact des actions humaines.

L'ONU invalide le record mondial de température enregistré il y à 90 ans en Libye

Un groupe d'experts de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) a confirmé jeudi l'invalidation du record absolu de chaleur enregistré il y a exactement 90 ans à El Azizia, en Libye, en raison d'une erreur de relevé de la température. L'annonce fait suite à une enquête menée dans des conditions particulièrement dangereuses pendant la révolution libyenne de 2011.

« Le parc national de la Vallée de la mort, en Californie, aux États-Unis, redevient donc officiellement l'endroit le plus chaud de la surface du globe – un endroit aussi symbolique pour les météorologistes que l'est l'Everest pour les géographes », a annoncé l'OMM dans un communiqué de presse.

En 2010-2011, un groupe international spécial d'experts relevant de la Commission de climatologie de l'OMM a mené une enquête approfondie au sujet du record mondial de température de 58 °C, établi de longue date. En effet, cette température – souvent mentionnée par de nombreuses sources comme la plus élevée jamais observée à la surface du globe – a été mesurée à El Azizia, à une quarantaine de kilomètres au sud-sud-ouest de Tripoli, le 13 septembre 1922.

Le comité d'évaluation de l'OMM en a conclu que le scénario le plus plausible concernant le record de 1922 était qu'un nouvel observateur inexpérimenté, peu habitué à utiliser un instrument de rechange inadapté et pouvant donner lieu à des erreurs de lecture, avait effectué un relevé erroné, surestimant la température d'environ 7 °C.

« Cette enquête démontre que les progrès continus de la météorologie et de la climatologie permettent désormais aux spécialistes du climat de procéder à de nouvelles analyses des relevés météorologiques anciens beaucoup plus rigoureuses que par le passé » a expliqué le rapporteur de l'OMM pour les relevés mondiaux de données concernant les extrêmes météorologiques et climatiques, Randall Cerveny.

« On obtient ainsi un ensemble encore meilleur de données climatologiques pour l'analyse des importantes questions de portée mondiale et régionale concernant la variabilité du climat et les changements climatiques », s'est-il félicité.

En conséquence, le record officiel de la température la plus élevée jamais observée à la surface du globe s'établit à 56.7 °C et a été enregistré le 10 juillet 1913 à Greenland Ranch dans la Vallée de la mort en Californie, aux États-Unis.