Une experte de l'ONU exhorte le Honduras à renforcer la protection des enfants

10 septembre 2012

Au terme d'une mission de dix jours au Honduras, la Rapporteur spéciale des Nations Unies sur la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, a appelé lundi les autorités de ce pays à renforcer les efforts pour protéger les enfants contre l'exploitation sexuelle.

« Les faiblesses du système éducatif, la pauvreté, les inégalités économiques et sociales, l'insécurité et la violence dans ce pays y rendent les enfants plus vulnérables face à l'exploitation », a estimé Najat Maalla M'jid dans un communiqué de presse.

L'experte indépendante, mandatée par le Conseil des droits de l'homme, a jugé « extrêmement préoccupant » le nombre élevé de filles victimes d'exploitation sexuelle au Honduras, tout comme celui de jeunes femmes qui tombent enceintes après avoir été violé par des membres de leur propre famille. Elle a précisé que le manque d'éducation sexuelle conduit aussi les enfants à méconnaître les risques liés aux rapports sexuels, en particulier les grossesses précoces.

« L'ampleur de l'exploitation reste difficile à déterminer en raison du manque de dénonciations systématiques, qui est le fait de la peur de la stigmatisation et des représailles. En cause également, la tolérance de la société hondurienne face à ce phénomène et le manque de mécanismes de protection des enfants », a-t-elle relevé.

Lors de sa visite, qui a pris fin vendredi, la Rapporteuse a rencontré de nombreux représentants du gouvernement, de la société civile et du secteur privé. Elle s'est également rendue dans plusieurs centres dédiés à la protection de mineurs victimes de violences et de violations, où elle a pu collecter des témoignages.

Mme Maalla M'jit a exhorté le gouvernement à adopter une approche intégrée et unique pour répondre à ce problème et renforcer les mécanismes judiciaires et les forces de police en vue de poursuivre de façon efficace et rapide les responsables de tels actes. Elle a souligné qu'une volonté politique forte était nécessaire pour réaliser des progrès dans ce domaine, avec le concours des agences de l'ONU et de la communauté internationale.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Honduras : l'ONU rappelle que les Etats sont responsables des prisonniers

Le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), a exprimé vendredi son profond regret concernant la mort de plus de 350 personnes dans l'incendie de la prison de Comayagua en Honduras.