Ban plaide pour une "solution diplomatique et négociée" au dossier nucléaire iranien

31 août 2012

Prenant note du dernier rapport en date de l'AIEA sur le programme nucléaire iranien, le Secrétaire général souligne la primauté d'une "solution diplomatique et négociée" aux questions en suspens.

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a pris note vendredi du dernier rapport en date de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur le programme nucléaire de la République islamique d'Iran.

« Il est regrettable que l'Iran doive encore parvenir à un accord avec l'AIEA sur un plan visant à résoudre toutes les questions en suspens », a déclaré le porte-parole de M. Ban dans un communiqué de presse.

Le programme nucléaire iranien – que Téhéran décrit comme pacifique – est une source de préoccupation pour la communauté internationale depuis qu'elle a découvert, en 2003, que le pays avait mené des activités nucléaires depuis 18 ans en violation de ses obligations au titre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Le Secrétaire général a souligné qu'il ne peut y avoir qu'une solution diplomatique et négociée au dossier nucléaire iranien, qui devrait être recherchée dans le cadre d'un processus progressif et caractérisé par la réciprocité.

« Ce processus doit inclure des mesures de l'Iran en vue de renforcer la confiance internationale dans la nature exclusivement pacifique de son programme nucléaire », a ajouté le porte-parole.

Le Secrétaire général a saisi l'occasion de sa participation au Sommet du Mouvement des non-alignés pour transmettre les préoccupations et les attentes claires de la communauté internationale sur cette question.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'AIEA exhorte les États Membres à appliquer son Plan d'action sur la sûreté nucléaire

Le Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, a exhorté lundi les États Membres et toutes les parties prenantes concernées à redoubler d'efforts dans la mise en œuvre du Plan d'action sur la sûreté nucléaire, adopté au lendemain de la catastrophe de Fukushima Daiichi, au Japon.