Le HCR fait état d'une hausse constante du nombre de réfugiés syriens au Liban

31 août 2012

Le Haut Commissariat pour les réfugiés confirme que le nombre d'arrivants Syriens dans la vallée du Bekaa, au Liban, est en augmentation, 2.200 rien que cette semaine.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a confirmé vendredi que le nombre d'arrivants Syriens dans la vallée du Bekaa, au Liban, est en augmentation. Au cours de la semaine écoulée, les autorités et les ONG qui travaillent dans la zone ont compté près de 2.200 nouvelles arrivées, soit le double des semaines précédentes.

« Le HCR a mis en service de nouvelles lignes téléphoniques pour les personnes qui souhaitent s'enregistrer », a annoncé le porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors du point presse hebdomadaire des agences humanitaires de l'ONU à Genève.

« La situation tendue à Tripoli la semaine dernière a rendu impossible l'enregistrement de nombreux réfugiés. Un centre est désormais ouvert et les opérations ont repris », a-t-il ajouté en précisant que les nouveaux arrivants dans le nord du Liban restent stables avec près de 400 personnes en moyenne chaque semaine.

Le HCR surveille la situation des réfugiés autour de la zone frontalière d'Akkar, dans le nord du Liban, qui continue d'être visée par l'artillerie syrienne. Les villages d'Al-Nura et de Debbabiyeh, qui abritent plus de 80 réfugiés, ont essuyés des bombardements dans les derniers jours, a indiqué le porte-parole.

Plus de 18.000 personnes, principalement des civils, ont été tués depuis le début de l'insurrection contre le régime syrien il y a presque 18 mois. Jeudi, le HCR a indiqué que 229.000 Syriens avaient fui leur pays.

« Dans tout le Liban, la surpopulation des lieux d'hébergement reste notre plus grande préoccupation. De nombreux réfugiés résident dans des écoles qui devront en principe rouvrir leurs portes aux élèves à la rentrée des classes, dans une semaine ou deux », a rappelé M. Edwards.

Le HCR réfléchit à des alternatives d'hébergement, notamment des bâtiments existants réhabilités. Il envisage également d'assumer le coût financier de l'hébergement des réfugiés syriens les plus vulnérables pour les familles d'accueil.

De son côté, le porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Patrick McCormick, a de son côté exprimé sa préoccupation vis-à-vis des enfants qui devraient reprendre les cours dans des écoles actuellement occupées par des réfugiés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : le Vice-Secrétaire général dresse un tableau alarmant de la crise humanitaire

Jan Eliasson a attiré jeudi l'attention du Conseil de sécurité sur la détérioration de la situation humanitaire en Syrie et dans la région, où plus de 2,5 millions de personnes sont en détresse.