Le Mouvement des non-alignés doit répondre aux aspirations des peuples, souligne Ban

30 août 2012

Le Secrétaire général s'est félicité aujourd'hui du partenariat vigoureux entre l'ONU et le NAM, tout en soulignant le besoin pour ces deux organisations de répondre aux besoins des peuples.

Le Secrétaire général Ban Ki-moon s'est félicité aujourd'hui du partenariat vigoureux unissant les Nations Unies au Mouvement des non-alignés, qui regroupe une centaine de pays, tout en soulignant le besoin pour ces deux organisations de répondre aux besoins des peuples qu'elles représentent.

« Les Nations Unies et le NAM font face aujourd'hui à la tâche délicate de répondre aux aspirations des peuples », a indiqué M. Ban dans l'allocution qu'il a prononcé lors du 16e Sommet du groupe, qui s'est déroulée à Téhéran. « Je vois deux moyens d'y parvenir : la prévention […] et la durabilité pour aider une société donnée à relever les défis du développement ».

Le Secrétaire général a souligné la « puissante aspiration à la liberté » des nations – « la liberté de participer, de faire entendre sa voix et la liberté de choisir son gouvernement ».

« Dans certains pays, cela a débouché sur des transformations et un nouveau départ, mais dans d'autres, nous constatons répression et frustration », a-t-il ajouté. « C'est la raison pour laquelle j'ai exhorté les dirigeants du monde entier à écouter le plus sérieusement et le plus sincèrement possible les appels de leur peuple à la justice, aux droits de l'homme et à la dignité. »

Placé sous la Présidence de la République islamique d'Iran, le Sommet du Mouvement des non-alignés réunit jusqu'à vendredi les dirigeants des 120 pays membres du NAM, ainsi que de nombreux autres observateurs.

Rappelant que la crise en Syrie avait débuté par des manifestations pacifiques réprimées avec force, le chef de l'ONU a exhorté toutes les parties à cesser dès à présent les violences.

« Nous faisons face au risque préoccupant d'une guerre civile de long terme qui pourrait déchirer les communautés coexistant de longue date en Syrie. Une militarisation accrue n'est pas la solution. La situation ne peut pas être résolue en versant le sang de plus de plus de 18.000 personnes. Il ne devrait plus y avoir de balles et de bombes. »

Le Secrétaire général a également souligné le besoin de relever des défis comme les changements climatiques, l'autonomisation des femmes, le développement durable et l'éradication de la pauvreté, ainsi que les différends politiques « bien trop nombreux » entre États Membres du NAM, notamment ceux qui opposent le Soudan et le Soudan du Sud, la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda, ou encore celui dont le Mali est l'objet.

« J'exhorte tous les États Membres du NAM à résoudre leurs différends de manière pacifique en respectant les principes de la Charte des Nations Unies. Mais il ne sera pas suffisant d'atténuer les tensions […], nous devons aussi prévenir les conflits entre tous les États Membres des Nations Unies. »

« Et depuis cette plateforme – comme je l'ai dit à maintes reprises par le passé – je rejette vigoureusement les menaces proférées par tout État Membre de détruire un autre pays ou de nier des faits historiques, comme l'Holocauste. »

« Prétendre qu'un autre État membre de l'ONU, Israël, n'a pas le droit d'exister, ou bien en parler en des termes racistes, n'est pas seulement condamnable, cela sape aussi les principes mêmes que nous nous sommes tous engager à respecter ».

Le Secrétaire général a également indiqué que la présidence du NAM offre à l'Iran une opportunité de démontrer sa capacité à jouer « un rôle modéré et constructif » sur la scène internationale. « Cela passe par une action responsable sur la question du programme nucléaire, qui figure parmi les grandes préoccupations de la communauté internationale », a-t-il souligné.

« Au nom de la paix et de la sécurité de la région et du monde, j'exhorte le gouvernement iranien à prendre les mesures nécessaires pour restaurer la confiance de la communauté internationale sur la nature exclusivement pacifique de son programme nucléaire », a-t-il enjoint, en ajoutant que cela est possible en coopérant pleinement avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et en respectant les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.

Le Secrétaire général a affirmé qu'en « cette période de transformations majeures », le NAM, qui représente presque deux tiers des 193 États Membres de l'ONU, continue de faire évoluer son identité et de réfléchir aux notions de souveraineté qui sont en pleine mutation à l'âge de l'inter-connectivité.

« Vous représentez des sociétés diverses unis par des objectifs communs. Je vous exhorte à vous unir également pour promouvoir et protéger les valeurs inscrites dans la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits de l'homme, dont les libertés d'expression et d'association », a rappelé M. Ban.

« Pour beaucoup de vos membres, cet effort interne devrait être le prochain champ d'action pour vos peuples. Nos organisations doivent rester à la pointe dans une période de changements […] », a-t-il ajouté.

De son côté, le Président de l'Assemblé générale de l'ONU, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, également présenta au Sommet, a salué les activités diverses et variées du NAM, de nature à promouvoir un environnement mondial plus sûr et stable, tout en rappelant que le monde avait beaucoup changé depuis la fondation du groupe il y a 50 ans.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

À Téhéran pour le Sommet des non-alignés, Ban Ki-moon rencontre les dirigeants iraniens

Le Secrétaire général a rencontré mercredi à Téhéran les dirigeants iraniens, en marge du 16ème Sommet du Mouvement des non-alignés (NAM).