RDC : Valerie Amos plaide pour une réponse humanitaire plus forte au Nord Kivu

9 août 2012

La Secrétaire générale adjointe Valerie Amos s'est rendue jeudi à Kanyaruchinya, près de Goma, dans l'est de la RDC, où près de 30.000 déplacés se sont établies.

La Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, Valerie Amos, s'est rendue jeudi à Kanyaruchinya, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Près de 30.000 personnes déplacées se sont établies dans ce campement de fortune situé à la périphérie de Goma.

Sur place, Mme Amos a rencontré des déplacés qui ont marché pendant des jours pour fuir les combats entre forces gouvernementales congolaises et groupes armés rebelles. Après avoir quitté précipitamment leurs foyers totalement démunie, de nombreuses familles vivent dans des conditions extrêmement difficiles – certaines ayant été contraintes de dormir sous la pluie.

« C'est bouleversant de voir ces gens, en particulier des enfants, qui vivent dans des conditions aussi terribles. Nous faisons tout notre possible pour les aider, mais c'est une tâche difficile », a-t-elle reconnu. Le site de Kanyaruchinya est complètement privé d'accès à l'eau potable, qui doit donc y être acheminée quotidiennement.

Mme Amos a vu des centaines de personnes, dont un grand nombre de femmes, faire la queue pour recevoir de la nourriture et des articles de première nécessité. Elle s'est également rendue dans un dispensaire où plus de 140 patients sont traités chaque jour. Tous ses interlocuteurs lui ont confié qu'ils souhaitaient l'arrêt des combats pour pouvoir prendre le chemin du retour.

Depuis le mois d'avril, plus de 220.000 personnes ont été déplacées à l'intérieur même de la province du Nord Kivu, 57.000 de plus ayant fui au Rwanda et en Ouganda voisins.

Alors que la crise est particulièrement aigue dans les Kivus, d'autres régions du pays font également face à des défis humanitaires considérables. L'insécurité alimentaire et la malnutrition sont un problème de santé publique majeur, avec près de 20.000 personnes touchées depuis janvier 2012. Plus de 2,2 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur de la RDC et deux tiers d'entre elles vivent dans les provinces des Kivus.

En dépit du manque de financement, de l'insécurité et des routes difficiles d'accès qui entravent les efforts de secours, les organisations d'aide demeurent actives dans le Nord Kivu. Mme Amos salue le travail accompli par les personnels déployés sur le terrain auprès du plus grand nombre de nécessiteux possible. «Les services étaient très limités sur ce site et les travailleurs humanitaires ont du partir de rien pour tenter de fournir des services de base. C'est grâce à leurs efforts que nous avons été en mesure de répondre à la crise », a-t-elle noté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU plaide pour un soutien humanitaire accru et un renforcement de la sécurité dans l'est de la RDC

Avant de se rendre dans la région du Nord Kivu en République démocratique du Congo (RDC), la Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, Valerie Amos, s'est entretenue mardi avec le Premier ministre de ce pays Augustin Matata Ponyo de l'insécurité grandissante dans cette région, où près de 270.000 personnes ont du fuir leurs foyers.