À l'occasion de la date-anniversaire d'Hiroshima, Ban appelle à l'élimination des armes nucléaires

6 août 2012

À l'occasion du 67e anniversaire de l'explosion de la bombe atomique, le Secrétaire général rend hommage aux victime et exhorte à l'élimination universelle des armes nucléaires.

À l'occasion du 67e anniversaire de l'explosion de la bombe atomique à Hiroshima, au Japon, le Secrétaire général Ban Ki-moon a exhorté lundi la communauté internationale à œuvrer de concert à l'élimination universelle des armes nucléaires.

« Des décennies plus tard, la tragédie d'Hiroshima continue de résonner », a déclaré M. Ban dans un message adressé lors de la cérémonie annuelle du Mémorial de la paix d'Hiroshima, en rendant hommage aux victimes et survivants des bombes larguées le 6 août 1945 sur cette ville japonaise et, trois jours plus tard, celle de Nagasaki.

« Il ne doit plus jamais y avoir d'attaque nucléaire, plus jamais. L'élimination de telles armes ne doit pas être un objectif hypothétique, mais le moyen le plus sûr d'empêcher leur usage futur », a-t-il insisté dans son message, lu par la Haute Représentante des Nations Unies pour les affaires de désarmement, Angela Kane.

Plus de 400.000 personnes ont péri depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale des suites des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki.

« Les gens comprennent que les armes nucléaires ne peuvent pas être utilisées sans effets néfastes sur les populations civiles », a poursuivi M. Ban. « De telles armes n'ont pas de place légitime dans notre monde. Leur élimination est à la fois une exigence morale et une nécessité pratique pour protéger l'humanité.

M. Ban a souligné l'importance de disséminer les histoires des « hibakusha » – le nom sous lequel sont connues les victimes de la bombe– afin de sensibiliser l'opinion publique internationale aux effets redoutables des armes nucléaires et à la nécessité de les éliminer.

« Votre message a été entendu. Je suis heureux de constater que les témoignages de tant d'entre vous ont été traduits dans plusieurs langues. À l'appui de ces efforts, les Nations Unies viennent de lancer un site Internet qui collecte ces témoignages », a-t-il annoncé à cette occasion.

« Il est très important que ces mots puissent être entendus et compris dans tous les pays, en particulier les générations les plus jeunes. »

Conçu par le Bureau des affaires de désarmement des Nations Unies et l'artiste japonais Shinpei Takeda, le site présente une soixantaine d'entretiens avec des survivants qui se sont rendus en Amérique après les bombardements afin de sensibiliser à l'impact durable des armes de destruction massive.

Le Secrétaire général a fait du désarmement nucléaire et de la non-prolifération une priorité. Le plan en cinq points qu'il a présenté en 2008 contient des recommandations sur la sûreté, la vérification, l'établissement d'un cadre juridique, la transparence et les armes conventionnelles.

Dans un second message, adressé lors de la Conférence mondiale contre les bombes hydrogènes et atomiques, qui s'est déroulée dans la foulée de la cérémonie du Mémorial, Ban Ki-moon a souligné que la réalisation d'un avenir exempt d'armes nucléaires exige une coopération internationale, celle des États Membres mais aussi plus largement celle des citoyens du monde entier.

« Le fardeau du désarmement nucléaire ne peut pas être assumé seulement par les groupes de paix », a-t-il estimé. « Chacun, quel que soit son âge, ses revenus, sa profession, son sexe ou sa nationalité, a un intérêt à défendre dans cette quête ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.